Inévitable…

le

Réjouissons-nous : l’économie française, ensevelie sous les milliards du « quoi qu’il en coûte » depuis dix-huit mois, redémarre enfin.

On connaît le moteur de ce redressement : la mise sous perfusion d’argent public de tous les secteurs touchés par la crise, le sauvetage de toutes les entreprises en difficulté et la prise en

charge de tous les emplois menacés. On connaît aussi le prix de ce rétablissement financé à crédit, qui a emmené l’endettement de la France (2740 milliards d’euros) en terre inconnue. On connaît enfin le seul chemin crédible pour apurer notre passif, tout en maintenant le même degré de protection sociale : celui de la croissance et de la création de richesses. Pour dire les choses simplement, l’heure est venue, au sortir d’une crise entièrement prise en charge par l’État, de se retrousser les manches en travaillant davantage.

L’élection présidentielle tombe à point nommé pour mettre sur la table un débat que la France ne pourra esquiver plus longtemps. Il concerne naturellement et en premier lieu les retraites. Le système, en déficit chronique, court à la faillite s’il n’est pas rapidement réformé. Il serait préservé en reportant simplement l’âge de départ à 64 ans, comme le suggèrent de nombreux experts, et les Français partiraient encore parmi les premiers en retraite en Europe.

Le « travailler plus » durant la vie professionnelle est aussi une réponse à notre compétitivité perdue. Sans doute personne ne se risquera à toucher la funeste loi sur les 35 heures, cette supposée conquête sociale qui a envoyé l’industrie française au tapis et que tous les gouvernements se sont efforcés d’amender pour soulager les entreprises.

Mais des marges de manœuvre existent pour flexibiliser l’organisation du travail, négocier moins de jours de RTT et de jours fériés (sur ce terrain aussi, nous battons tout le monde), ou encore pour faciliter l’entrée des jeunes plus tôt dans la vie active.

Lorsque l’on ambitionne de rester une grande puissance économique, souveraine et protectrice, il n’existe d’autre choix que celui du travail.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.