Europe agricole: chronique d’un désastre annoncé et assumé !

le

Une étude de la Commission parue au cœur de l’été sur les effets de la stratégie « Farm to fork » laisse augurer un déclin des productions et des dépendances dont le continent avait perdu l’habitude.

Un champ de céréales en République tchèque.

Une étude, intitulée « Modéliser l’ambition environnementale et climatique dans le secteur agricole à l’aide du modèle CAPRI » a été publiée discrètement le 28 juillet par le centre commun de recherche de la Commission européenne. Passée presque inaperçue, elle liste les effets à prévoir des stratégies Farm to Fork et Biodiversité 2030 à l’échelle européenne. Ils recoupent peu ou prou ceux mis en avant par une étude alarmante effectuée par les services agricoles de l’USDA en novembre 2020, qui prédisait un désastre pour le continent et la planète, en termes de production, de rémunérations agricoles et de dépendances alimentaires pour la décennie à venir.

« Une capitulation. » C’est ainsi que Christiane Lambert, qui dirige le Copa-Cogeca, le principal syndicat agricole européen, résume les conclusions de l’étude du Centre commun de recherche (CCR), une émanation de la Commission européenne, publiée au cœur de l’été. Il s’agit d’un travail de prospective sur les effets de la stratégie « Farm to fork » (la déclinaison agricole du Pacte vert européen, visant à développer l’agriculture biologique et à diminuer les émissions de gaz à effet de serre, en réduisant les usages de terre de 10 %, d’engrais de 20 %, d’antibiotiques vétérinaires de 50 % et de pesticides de 50 % au sein de l’UE) et Biodiversité 2030.

« Le CCR se défend d’avoir fait une étude d’impact global, explique Gilles Keller, chargé des études économiques à la Coordination rurale, qui a débusqué le texte, bien caché sur le site de la Commission et qui n’a pas fait l’objet de communication. Il se limite en effet à deux aspects du Pacte vert. Mais pour autant, ce qu’il appelle un rapport technique doit vraiment alerter sur ce que pourrait devenir l’agriculture européenne. Il recoupe en effet les conclusions alarmantes que l’USDA, le département américain de l’Agriculture, avait déjà tirées fin 2020. »

Dans cette note, les économistes américains estimaient que l’Europe devait s’attendre à une réduction de 12 % de sa production alimentaire si elle s’appliquait ses règles à elle-même. La baisse de production planétaire serait de 11 % en généralisant la norme européenne, via les « clauses miroir ». Une baisse de production s’accompagnant d’une hausse des prix mondiaux de l’alimentation de 89 % – et de 17 % en Europe. La chute de 20 % des exportations européennes se doublerait d’une baisse des revenus des agriculteurs de 16 %. Plus grave : une généralisation des visées européennes « précipiterait 185 millions de personnes dans l’insécurité alimentaire par la course aux ressources ; le PIB mondial chuterait alors de 1 100 milliards de dollars ». Peut-être l’étude n’était-elle pas dénuée d’arrière-pensées politiques…

Perdant-perdant. 

L’étude européenne ne s’attarde, elle, pas sur les conséquences pour le reste du monde, mais elle confirme les projections américaines pour l’Europe elle-même ! La baisse des surfaces céréalières de 4 % et des rendements de 11 % (dues aux réductions de pesticides et d’engrais) produirait une chute globale de la production de 15 %. Même baisse pour les oléagineux. Dégringolade de 13 % pour les fruits et légumes, de 10 % pour les produits laitiers, de 17,5 % pour la viande bovine, un peu plus de 15 % pour le porc et la volaille. Et finalement, si les prix devaient augmenter un peu (12 % en Europe) et les coûts d’exploitation baisser ? « Cela ne compensera pas les baisses de volumes et ne suffira pas à garantir une meilleure rémunération pour les agriculteurs », déplore Gilles Keller. Le Green deal serait donc un deal perdant-perdant économiquement.

« C’est non seulement à une dégradation de notre solde commercial qu’il faut s’attendre, mais aussi à un sacrifice de notre souveraineté alimentaire ! »

L’étude met aussi en évidence une dépendance plus aiguë de l’Europe aux importations. « Pour les céréales, l’étude anticipe une baisse des exportations, qui passeraient de 27 à 15 millions de tonnes par an. Baisse aussi pour le porc, la volaille. La dépendance aux importations s’accroîtrait pour les oléoprotéagineux, les fruits et légumes (passant de 14 à 22 millions de tonnes !) et le bœuf ! C’est non seulement à une dégradation de notre solde commercial qu’il faut s’attendre, mais aussi à un sacrifice de notre souveraineté alimentaire ! »

Loin des yeux… 

Christiane Lambert enrage : « On est à l’inverse de tous les discours sur la relocalisation, sur le fait de produire plus et mieux notre alimentation. On va créer des dépendances là où il n’y en avait pas et affaiblir nos points forts. Et tout cela à un moment où le GIEC explique qu’un des premiers risques du changement climatique, c’est la rupture des chaînes alimentaires et alors que la demande de blé a augmenté de 16 % en un an dans le monde et celle de maïs de 43 %, avec la hausse de la population, des niveaux de vie et le réchauffement qui prive certains pays de leur production ! Absurde. »

Et si encore les objectifs écologiques étaient atteints… « Le plus fou, ajoute Gilles Keller, c’est que le rapport met en évidence une baisse des émissions des gaz à effet de serre agricole de 20 % grâce à la politique Farm to Fork… Mais admet qu’une bonne part de ces émissions sera redirigée vers le reste du monde ! Les deux tiers pour ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre hors CO2 ! L’Europe, pour être vertueuse, va tout simplement exporter ses nuisances. » Loin des yeux, loin du cœur, les problèmes… Refrain connu pour Christiane Lambert : « Souvenez-vous des néonicotinoïdes. Brune Poirson expliquait que ce n’était pas grave si on ne faisait plus de sucre ici, qu’on l’importerait d’ailleurs. Là, on va détruire notre agriculture et importer du carbone. Se défausser ainsi, ce n’est pas responsable. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.