La tribune de Philippe Juvin.

le

Afghanistan: A quoi ont vraiment servi les morts d’Uzbin?».

« En faisant l’effort de définir un objectif au début, on s’oblige aussi à fixer les conditions d’un retrait ordonné. C’est faute d’avoir fixé des objectifs limités, il y a vingt ans, qu’on est en train de livrer l’Afghanistan aux talibans ​»

Philippe Juvin *

Le retrait des Américains d’Afghanistan, dix ans après le nôtre, a un goût amer alors que nous commémorons l’embuscade d’Uzbin où dix soldats français furent tués au combat le 18 août 2008. Je venais alors de rentrer à Paris après quelques mois d’affectation comme officier à Warehouse, le grand camp français à proximité de Kaboul. Civil, j’avais mis entre parenthèses ma vie personnelle, hospitalière et politique pour me porter volontaire comme médecin militaire. J’avais le grade de commandant dans l’hôpital de campagne du bataillon français.

La situation était très tendue. Dès la troisième nuit, notre camp avait été attaqué par les rebelles. Nous n’avions déploré qu’un seul blessé léger mais les assaillants s’étaient retirés sans perte. Ce soir-là comme toujours, l’ennemi était insaisissable. Une embuscade, une menace, une explosion et il disparaissait. Les seuls talibans que l’on captura durant ma mission furent ces quatre qui, un matin tôt, s’étaient accidentellement fait sauter avec leurs propres explosifs. Partis avec la foi de ceux qui croient en leur mission, nous doutions parfois de notre capacité à venir à bout de cet ennemi qui s’échappait toujours.

Mais l’accueil des Afghans et leur espérance effaçaient nos doutes. Les sourires de ces fillettes en uniforme qui se rendaient à l’école. La chaleureuse francophilie du directeur de l’hôpital de l’Armée nationale afghane, formé au Val de Grâce. La joie de cet anesthésiste de l’hôpital « français » Ali-Abad devant les quelques ampoules de Diprivan, un anesthésique introuvable, que j’avais détournées de notre propre bloc opératoire. Ce marchand de tapis parlant impeccablement notre langue apprise au lycée français, et se lamentant que ses fils scolarisés sous les talibans n’aient pas eu sa chance. Et ces interprètes, médecins ou non, qui nous suivaient partout et particulièrement un dont je conserve la photographie. Lors d’une reconnaissance dans une vallée particulièrement dangereuse, le capitaine lui avait confié un pistolet au cas où. C’était interdit mais il fallait bien se débrouiller.

549 morts depuis 1963.

Leçons. 

Treize ans plus tard, les talibans sont entrés dans Kaboul, le président Ashraf Ghani a quitté le pays. Tous ces gens dont je garde le souvenir avaient cru en nos promesses d’émancipation. Les raisons de notre intervention militaires étaient bonnes : qui n’était pas heureux de voir ces fillettes aller à l’école ? Pourtant aujourd’hui, tous sont de nouveau sous le joug des talibans. Certains seront tués. Après vingt ans d’intervention, le résultat des alliés n’est pas glorieux : une débandade militaire et une multitude de drames humains.

Pour défendre des populations en danger, la force est légitime. Comme au Liban où la FINUL stabilise depuis des années une frontière explosive. Mais il faut reconnaître que l’Afghanistan est un échec dont nous devons tirer des leçons.

La première est évidente. Aucun pays ne peut plus réussir à intervenir militairement et durablement seul. Il faut donc désormais s’assurer de ses alliés avant de s’engager. Si nous sommes en position délicate au Mali, c’est à cause de cet isolement de fait. Où sont nos alliés sur lesquels nous puissions vraiment compter sur le terrain, autrement que dans quelques instructeurs, forces spéciales ou logisticiens ?

La seconde leçon est européenne. Les pays de l’Union collaborent très peu pour organiser leur défense militaire. Par exemple, le Fonds européen de défense qui devait être doté de 13 milliards, n’en recevra que 7. Puisqu’elle n’a pas réussi à gagner cette bataille budgétaire européenne, la France devra au moins utiliser sa présidence prochaine pour optimiser les moyens, par exemple en évitant le saupoudrage et en concentrant les crédits de ce fonds sur deux ou trois projets structurants. Il faudra aussi reposer la question du sous-financement (5 milliards au lieu de 11) de la « facilité européenne de paix » qui permet de financer les armées africaines.

La difficulté à trouver des alliés pour des opérations extérieures nous rappelle la fragilité de toute alliance quand surgissent les épreuves

La troisième leçon est militaire et vient en miroir de la première. La difficulté à trouver des alliés pour des opérations extérieures nous rappelle la fragilité de toute alliance quand surgissent les épreuves. Elle nous rappelle ce principe simple que nous devons pouvoir garantir notre autonomie stratégique car nous pouvons nous retrouver seuls. Nous devons pour cela durcir nos capacités, disposer d’une panoplie complète de moyens, y compris dans les nouveaux espaces de conflictualité, et continuer à innover.

La quatrième leçon est géopolitique. Le Sahel et l’Afghanistan prouvent que l’action de la France doit être globale pour endiguer les menaces. L’action militaire n’est qu’un des aspects du « containment ». Isolée, la force est vouée à l’échec.

Monument OPEX à Paris 15e parc A. Citroën.

Honneur. 

La cinquième est politique. Dans l’histoire, de nombreuses interventions occidentales finissent en pourrissement ou en débandade. C’est ce qui se passe en Afghanistan et ce qui nous guette au Mali. Est-ce dû à la méconnaissance militaire du monde civil et donc de nos dirigeants ? Il est effectivement beaucoup plus difficile de finir une guerre que de la commencer. Je propose qu’à l’avenir, dès l’ouverture d’une opex, la France définisse par un vote du Parlement les conditions politiques de son retrait futur. Cette question des buts de guerre est fondamentale. Bien sûr l’urgence peut commander une réaction immédiate, et les situations peuvent évoluer. Mais en faisant l’effort intellectuel de définir un objectif au début, on s’oblige aussi à fixer les conditions d’un retrait ordonné. On se donne des chances de limiter dans le temps les bonnes ou mauvaises raisons de poursuivre le combat. C’est faute d’avoir fixé des objectifs limités, il y a vingt ans, qu’on est en train de livrer l’Afghanistan aux talibans. Dans un an, la situation sera revenue à celle de 2001, comme si nous n’avions rien fait. A quoi ont vraiment servi les morts d’Uzbin ?

La dernière leçon de la situation afghane concerne l’honneur. Selon certaines sources, plus de 800 Afghans auraient collaboré avec nos troupes, et nous refusons un visa à beaucoup d’entre eux. Il est indispensable de les rapatrier tous avec leurs familles, et juste de leur proposer la citoyenneté française. Avoir cru à la France et l’aimer est une raison suffisante pour devenir français. Ce serait une grande hypocrisie de pleurer les supplétifs abandonnés sur les quais d’Alger en 1962 et de ne pas tendre la main à ces nouveaux Harkis. En les sauvant, nous sauvons notre honneur et pouvons continuer à croire à une certaine idée de la France. Cette décision ne tient qu’au président de la République. A l’actuel ou au prochain s’il n’est pas trop tard. Pour ma part, je sais ce que je ferai.

(*) Philippe Juvin est maire LR de La Garenne-Colombes, chef des urgences de l’hôpital Pompidou.

Une cérémonie aux Invalides, une médaille, un discours…trois fleurs…un nom de plus sur le « mur »…

Et l’affaire est terminée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.