Vive l’Europe…

le

Et si la lavande disparaissait des paysages de Provence dans les années à venir ?

Valence (Drôme), le 27 juillet. « Lavandes en danger », alertent depuis quelques semaines des panneaux dans la Drôme. Les agriculteurs protestent contre une législation européenne qui classifierait des produits à base de lavande comme allergènes.

Depuis quelques semaines, des panneaux « Lavandes en danger » ont fleuri dans la Drôme. En cause, une future réglementation européenne qui pourrait classer les huiles essentielles de la plante violette au même titre que des produits de synthèse, avec mise en garde sur les étiquettes et emballages des produits. Cette nouvelle stratégie, présentée en octobre 2020 dans le cadre du Pacte vert, vise à « stimuler l’innovation en faveur de produits chimiques plus sûrs et durables et à renforcer la protection de la santé humaine et de l’environnement contre les produits chimiques dangereux. »

Projet louable, mais cette nouvelle réglementation va classer les sensibilisants cutanés, telles les huiles essentielles, comme des substances préoccupantes. « La lavande contient du linalol. Quand il est de synthèse, il s’oxyde et devient allergène. Or, naturel, il ne s’oxyde jamais. Cette différence n’est pas prise en compte, donc il faut le retirer de toutes les formulations ! » s’emporte Alain Aubanel, président de l’Union des professionnels des plantes à parfum, aromatiques et médicinales (PPAM). Il ajoute : « La lavande ne sera pas interdite mais certaines de ses 300 molécules, oui ! Donc, in fine, le produit naturel aussi… » 27 000 emplois en jeu « Le problème, c’est qu’en Europe, restriction vaut interdiction parce que personne ne voudra vendre des produits cosmétiques, des parfums ou des lessives avec des messages de prévention sur les étiquettes », critique Philippe Soguel, patron de la distillerie Bleu Provence à Nyons (Drôme).

Difficile d’imaginer le parfum Eau Sauvage de Dior, les produits de l’Occitane ou les savons provençaux, où les huiles essentielles de lavande sont présentes, avec un message « danger » … « Je suis persuadé que les experts européens visent la chimie de synthèse. Tout ça part de très bonnes intentions. Mais ils ne se rendent pas compte des dommages collatéraux », poursuit Philippe Soguel. L’Europe se veut rassurante. Bruxelles a assuré que son objectif n’était pas « d’interdire les huiles essentielles ».

Pas assez toutefois pour apaiser les professionnels, inquiets pour les 1 500 exploitations et 200 distilleries du Sud-Est. « La lavande et le lavandin, c’est 10 000 emplois directs et 17 000 emplois indirects pour 50 millions d’euros de chiffre d’affaires par an. Le miel de lavande, à peu près autant, et les profits liés au tourisme généré par les champs de lavande sont estimés à 1,8 milliard d’euros par été. C’est tout cet écosystème qui est menacé », alerte le président de la PPAM.

Cette réglementation ne devrait pas voir le jour avant 2025. « Mais c’est demain ! Et quand un texte a été voté à la Commission européenne, il est impossible de revenir dessus », conclut Philippe Soguel.

Une « pétition contre la disparition des huiles essentielles et des produits naturels » sur Change.org a recueilli près de 95 000 signatures.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.