Un bras d’honneur aux préjugés.

le

Irina Gladkaya en pleine démonstration de force à Miami début juillet.

Messieurs, à qui le tour ? À 37 ans, Irina Gladkaya est une machine à plier des avant-bras musculeux. Début juillet, sur la plage de Miami, la Russe aux treize titres de championne du monde de bras de fer en a fait la démonstration face à une quinzaine de candidats masculins. La vidéo est devenue virale aux États-Unis. Postée le 16 juillet sur la chaine YouTube Armwrestling TV, elle a cumulé plus de 3 millions de visionnages en soixante-douze heures. On y voit la Moscovite, cheveux noirs tirés en arrière, lunettes de soleil et bikini, s’amuser du défilé de colosses au tour de bras toujours plus large venus la défier, trop sûrs de leur force. Si bien que chacune de leur tentative se termine par une petite tape sur l’épaule du suivant en guise d’encouragement… De quoi mettre les choses au clair : «Le bras de fer est un sport de femmes ! »

Surnommée « Black Diamond », la jeune femme est une spécialiste de ce genre de performance. Au point de devenir un phénomène médiatique dans son pays, où le bras de fer est un spectacle populaire. En 2017, Irina Gladkaya a même été invitée à affronter en direct dix hommes dans une émission diffusée sur Perviy Kanal, la principale chaîne de télévision du pays. Pour elle, tout a pourtant commencé par hasard. Plutôt adepte des pistes d’athlétisme, elle a dévoilé tout le potentiel de son bras droit dévastateur à l’âge de 15 ans, au cours d’une initiation au lycée.

Banco ! Elle tape alors dans l’œil de son professeur de gym, qui l’inscrit à des compétitions régionales pour défendre les couleurs de son école. Le début d’une ascension éclair : passée professionnelle, elle gagne un premier Championnat local après un mois d’entrainement, devient championne de Russie le mois suivant. Il ne lui en faut que trois de plus pour être sacrée championne du monde en Slovaquie, en 2005.

Aujourd’hui considérée comme l’une des femmes les plus influentes de la scène mondiale en poids moyens par la World Armwrestling League – elle a notamment remporté l’Arnold Classic Brasil 2016, repaire international de bodybuildeurs – Irina Gladkaya s’évertue á briser les codes d’une discipline trop souvent associée à des stéréotypes sexistes. Sur son compte Instagram, suivi par plus de 55 000 abonnés, la diplômée en économie et en droit valorise sa puissance physique tout en affirmant sa féminité. « Les limites n’existent que dans ton esprit», écrit-elle comme un précepte. Un bras d’honneur aux préjugés.

Avez-vous encore des préjugés?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.