Un enfant gâté et inconscient.

le

Abnousse Shalmani, engagée contre l’obsession identitaire, est écrivain et journaliste.

En décembre 2020, Olivier Véran adressait un message resté lettre morte aux soignants dans l’objectif de les inciter à se faire vacciner. Un mois plus tôt, en réaction à l’annonce de la découverte d’un vaccin contre le Covid-19, Emmanuel Macron préconisait la précaution, avant de refuser absolument la vaccination obligatoire, en misant sur l’effort pédagogique et en créant, dans la foulée, un inutile comité citoyen, ce qui rajoutait une nouvelle couche au mille-feuille bureaucratico-sanitaire. Quelques mois plus tard – et le Covid devenu la première maladie nosocomiale-force est de constater que la pédagogie ne porte pas ses fruits. Qu’à force de s’adresser en priorité à ceux qui refusent d’entendre, c’est la majorité des citoyens qui se trouve prise en otage: l’épée de Damoclès de nouvelles restrictions-confinements-couvre-feux planant au-dessus de nos têtes, bouchant l’horizon économique, social, psychologique de l’automne-hiver à venir.

Pas « magnétique »

Après avoir reçu ma première dose de vaccin à la mi-juin et un pansement blanc sur le bras, j’ai eu alors l’occasion d’entendre les arguments des antivaccins. À la station de bus, une dame m’a doctement expliqué qu’il me fallait éviter d’approcher ma carte bancaire de mon bras, car Bill Gates-encore lui – allait vider mon compte en banque. Puis ce fut le caissier d’un magasin d’alimentation qui photo à l’appui extraite des limbes des réseaux sociaux, m’assura que j’étais « magnétique » pour plusieurs jours, et que comme le démontre le cliché, les décapsuleurs, couteaux, fourchettes, etc. allaient être instantanément aimantés vers mon bras. Ensuite, ce fut une voisine septuagénaire qui haussa les sourcils devant mon attitude digne d’un veau. « Mais enfin ! Vous travaillez dans les médias, vous devriez savoir que ce vaccin n’a pas fait ses preuves!

Enfin, au cours d’un diner, le mari d’une amie, grand gaillard en bonne forme physique, m’assurait qu’il avait encore mal au bras et à l’épaule depuis sa première dose, plus de quatre semaines auparavant. Incapable de sourire, je me suis fatiguée à expliquer que Bill Gates n’avait pas besoin de mon argent; que la photo était truquée – et me voilà entrain d’approcher mes clefs de mon bras devant le regard d’abord paniqué puis tout à fait déçu de mon caissier; que je n’étais pas un veau, mais que j’avais suivi tous mes cours de biologie au collège et que les effets secondaires de tout vaccin se déclaraient dans les trois mois et non un an et demi plus tard, que les hommes, en général, prenaient régulièrement une mauvaise grippe pour un cancer en phase terminal.

La Terre, un laboratoire à ciel ouvert.

 Le président Macron a finalement annoncé la vaccination obligatoire. Pour les soignants, car il est criminel de contaminer des patients. Et, en réalité, aussi pour toute la population. Seulement voilà, le citoyen français étant un enfant, l’obligation vaccinale n’est pas formulée telle quelle. L’idée est de pourrir la vie des non-vaccinés pour les faire venir à la vaccination. Alors que l’équation est simple : pas de vaccins – confinement, fermeture, couvre-feux. Il faut croire que ce n’est pas assez clair, car voici que l’extrême droite et l’extrême gauche nous mettent en garde contre la tyrannie, hurlant à la fin des libertés individuelles en récupérant honteusement le symbole de l’étoile jaune, persuadées de vivre dans une dictature sanitaire. Ajoutons à cela les exploitants de cinéma qui expliquent ne pas savoir comment contrôler le passe sanitaire, alors qu’ils sont tout à fait capables de vérifier les tickets d’entrée. Les cafetiers tenant le même discours, bien qu’ils parviennent parfaitement à encaisser les consommations. Et à peu près tous ceux qui ont subi les fermetures administratives de crier à la victimisation. J’aimerais comprendre ce qu’ils n’ont pas compris: si le virus circule, si les personnes contaminées engorgent les hôpitaux de nouveau, ils vont devoir fermer leurs portes Ce qui me semble nettement plus grave que de vérifier le passe sanitaire des clients. Je ne sais pas comment le formuler en demeurant polie et civilisée. Je ne sais quoi dire de plus, si ce n’est que 3 milliards de doses ont déjà été injectés dans le monde, que la Terre est un laboratoire à ciel ouvert, qu’il suffit de jeter un œil sur les courbes de la mortalité pour constater qu’on meurt du Covid, pas du vaccin, que refuser la vaccination parce qu’on n’aime pas le président, ses ministres, la pluie, la science, les ratons laveurs, ne fait pas de soi un rebelle, mais juste un enfant gâté et inconscient de la chance qu’il a de vivre dans un pays où la santé est gratuite et les vaccins disponibles. Alors ? Alors vaccinons-nous, bordel !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.