Ils ont quitté le monde réel …

le

« Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ? 

Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu’on enchaîne ? » 

La République est en danger, ça crève les yeux, et Le Chant des partisans, qui donne toujours des frissons, est d’actualité comme jamais : la France n’est-elle pas en train de devenir, sous Macron, une tyrannie sanitaire, voire sanguinaire, qui foule aux pieds les droits de l’homme et toutes nos libertés individuelles ? 

Dieu merci, à gauche comme à droite, les extrêmes veillent. Dans une mauvaise passe depuis les régionales, ils nous servent d’une même voix, ces jours-ci, le même discours de résistance et sont soutenus par une partie de l’opinion. Rongés par leur complotisme antivax et multipliant les rapprochements ignominieux avec la Shoah, ils nous apportent ainsi une nouvelle preuve que nous vivons dans une société où tout est cul par-dessus tête, les valeurs comme les vérités devenues « alternatives ».

Quand ils dénoncent sans rire les mesures « dictatoriales » de Macron pour éradiquer le variant Delta, il ne leur vient pas à l’esprit qu’une reprise de la pandémie nous condamnerait à un nouveau confinement à l’automne (ou avant), et que c’en serait encore fini d’une de nos libertés les plus chères, la liberté de circulation.

À moins qu’avec leurs réflexes de secte apocalyptique ils ne souhaitent transformer notre pays en cimetière économique, confiné à vie, les volets fermés, pendant que tourne la machine à billets et que s’emballe l’endettement public, en attendant le Grand Soir. Les jobastres ! 

Ils veulent rétablir la démocratie en France, prétendent-ils. Sans doute sur le modèle du Venezuela, le paradis officiel des Insoumis, dont le PIB a fondu de 80 % en huit ans, alors qu’il dispose des plus grandes réserves pétrolières du monde, ou bien à la manière de la Russie, l’éden de l’extrême droite, où Poutine est, comme chacun sait, très attaché aux libertés. Pour paraphraser Michel Audiard, « les [extrémistes], ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît ».

La convergence des gauchistes, des fascistes et de tous leurs « idiots utiles » est une vieille histoire. Le mouvement des Gilets jaunes, en 2018, avait mis en lumière les points d’accord entre le Rassemblement national et La France insoumise. Outre leur exécration de ce qu’ils appellent – c’est selon – le « système » ou l’« établissement », ils partagent beaucoup de convictions, de l’Europe à la réforme des retraites en passant par l’économie, car ils considèrent notre pays comme un fromage où il faut se servir à gogo. Attisant sans vergogne les haines entre les Français, ils ne sont vraiment opposés que sur l’immigration.

La prophétie de Jean-François Kahn est en train de se réaliser : l’alliance objective RN-LFI est en marche. Veillant à garder une apparente distance, ils se renvoient la balle contre la politique vaccinale du pouvoir, même si Jean-Luc Mélenchon est plus mesuré que François Ruffin, qui n’a pas hésité à déclarer : « Tout le monde devient flic. » Avec la crise sanitaire, les extrêmes ont trouvé un combat commun contre le dictateur Macron. Ce qui peut rappeler de mauvais souvenirs, bien que comparaison ne soit pas raison. 

Si on est méchant, et on va se faire un plaisir de l’être, il faut rappeler l’observation de la grande philosophe Simone Weil, une syndicaliste ouvrière, autrice de plusieurs chefs-d’œuvre, dont La Pesanteur et la Grâce

Quand Hitler était aux portes du pouvoir, Simone Weil fut témoin, pendant un séjour à Berlin, de l’infâme collusion : « Combien de fois en Allemagne, en 1932, a-t-elle écrit, un communiste et un nazi, discutant dans la rue, ont été frappés de vertige mental en constatant qu’ils étaient d’accord sur tous les points ! » Étatistes et collectivistes, les deux avaient une conception de la société qui n’était pas si éloignée. Ils votaient souvent ensemble au Reichstag, ils participaient aux mêmes grèves. 

Les délires contre le « despotisme » macronien ont-ils de beaux jours devant eux ? C’est possible. Rien ne sert d’argumenter avec ceux qui dénoncent le pass sanitaire ou l’obligation faite aux personnels soignants d’être vaccinés. Rien ne pourra jamais les convaincre. Ils ont quitté le monde réel et vivent dans la pensée magique. 

Dans les mois qui viennent, il faudra, hélas, faire avec eux, dans une France où tout est souvent à l’avenant quand, comme Éric Dupond-Moretti, les victimes deviennent les coupables ou quand, comme Adama Traoré, les délinquants sont sacrés innocents. 

Bonnes vacances !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.