Vive la Belgique, vive l’Europe…

le

La Belgique sera-t-elle le premier pays d’Europe à soumettre son administration et sa vie publique au dogme de l’islam politique ? La question se pose sérieusement à Bruxelles à la suite d’une décision judiciaire retentissante. La Stib (équivalent de la RATP), premier employeur de Bruxelles, a été condamnée à verser l’équivalent d’un an de salaire à une musulmane voilée qui n’avait pas été… engagée. Le tribunal a de surcroît ordonné à l’entreprise publique de « cesser de fonder sa politique de recrutement du personnel sur un principe de neutralité exclusive interdisant à l’ensemble de son personnel le port de tout signe convictionnel (religieux, politique, philosophique) ». Une décision révolutionnaire puisque dans ce royaume, séparant jusque-là strictement l’État et la religion, l’apparence des agents publics se devait d’être neutre.

Mais ce n’est pas seulement le fond de cette décision judiciaire qui fait polémique en Belgique, c’est aussi le choix du gouvernement bruxellois de ne même pas faire appel. Cette absence de réaction traduit, selon l’opposition de droite, le malaise grandissant d’une partie de la classe politique belge vis-à-vis de la neutralité (laïque) et sa tentation de communautariser la société, alors que la culture woke (importée des Etats-Unis) gagne le terrain des idées. Ainsi Paul Magnette, le président du Parti socialiste qui dirige la région bruxelloise, pourtant favorable au départ à un appel de la décision, a déclaré dans le journal « le Soir » à propos du port du voile dans les services publics : « Je me sens un peu gêné comme homme blanc de près de 50 ans d’interpréter des choses sur lesquelles par définition je ne peux avoir d’avis intime. » Selon Merry Hermanus, un ancien baron socialiste fidèle à la neutralité, « le malaise exprimé par Paul Magnette est plutôt celui de l’impuissance face à la pression électorale que constitue le voile… »

Le contenu de la décision, autant que cette capitulation politique, témoigne, selon ses détracteurs, de l’infiltration des intégristes dans les services publics. Pour l’Observatoire des Fondamentalismes, un collectif de « citoyens de Bruxelles et d’ailleurs », les Frères musulmans auraient ciblé Bruxelles dès les années 1980, identifiée par eux comme le « ventre mou » du « ventre mou » européen, selon l’expression de Gilles Kepel, en raison de la faiblesse intrinsèque du système politique belge. Autre avantage : cet activisme à Bruxelles, capitale de l’Europe, ouvrait les portes d’un lobbying à l’échelle du continent. Dans un livre à la fois éclairant et terrifiant qui vient de sortir en France, « Cachez cet islamisme. Voile et laïcité à l’épreuve de la “cancel culture” » (Ed. La Boîte à Pandore), la chercheuse au CNRS Florence Bergeaud-Blackler considère que Bruxelles est devenue « une sorte de sanctuaire de l’islamisme en Europe ». Le nom de Molenbeek l’a d’ailleurs cruellement illustré. « Nous en sommes à la quatrième génération issue de l’immigration réislamisée, explique la chercheuse, et les jeunes Belges musulmans qui ont vécu dans une bulle dominée par un islam fondamentaliste ne comprennent pas qu’on interdise le voile dans la fonction publique, (…) bien que la Constitution belge proclame une séparation absolue entre État et religion. »

Les Belges, tétanisés, n’ont pas compris, que, depuis les attentats de 2015 et 2016, la frange la plus politique des Frères musulmans européens s’est alliée à ses frères turcs du mouvement d’Erdogan pour mettre les djihadistes en veilleuse au profit d’un agenda politique dont la jeune femme voilée de la Stib pourrait bien être un pion. En attendant, la France est encore un peu plus seule dans son combat pour défendre un modèle européen de société laïque.

Terrible! Terrifiant même !

Que faire face à une telle lâcheté ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.