Comment déshumaniser les femmes.

le

KAMEL DAOUD


Acte I :
 des femmes ont été violées dans l’extrême Sud algérien il y a quelques jours. D’autres ont subi le même sort, après avoir été kidnappées plus au nord. Les cas se multiplient. Il s’agit de groupes d’hommes mais aussi d’une « culture » machiste, de médias conservateurs qui, désormais, gèrent la société algérienne et ses imaginaires, de prêcheurs, d’islamisme conquérant et de consentement collectif. C’est « un tout ». Ce « tout » aboutit à la fabrication décomplexée du violeur, puis aux statistiques sinistres des violées. Le violeur pense qu’il a un droit de cuissage, que son acte est à peine un crime, que c’est la faute de la femme, de son corps, de son sexe, de sa façon de s’habiller. Pour l’y aider, une culture entière efface cette femme, la déshumanise, la voile. Ainsi radiée de l’humanité, sans visage et dépossédée de son corps, cette femme peut être violée. Si elle vit seule, c’est qu’elle n’appartient à personne et que nul ne peut la protéger ou réclamer en elle sa propriété outragée. C’est un corps vacant. Un vide avec un prénom, un terrain vague. On sait que le crime est parfait quand il n’est pas considéré comme un crime. 

Acte II : en Algérie, des élections législatives sont prévues en juin. Entre la faiblesse de la mobilisation des électeurs et le boycottage suicidaire des progressistes, on peut gloser sur l’avenir inquiétant. La majorité sera islamiste par défaut ; sous nos yeux se concocte une possible pakistanisation de l’Algérie, entre un régime offshore dur, gardant la main sur les leviers régaliens, et un parti religieux pluriel, qui gérera la rue, les corps, la culture, la justice et les fatwas et assurera la régence sociale. Un détail à retenir durant la campagne électorale : les affiches des candidates femmes. Une sorte d’icône vide, un halo, sans visage, indiquant seulement l’âge, le prénom et le nom de la candidate et son possible métier. La femme y est invisible, en creux, un fantôme. Une forme de voile total, de perfection ultime de ce voile, qui a commencé par le corps avant d’atteindre le visage et d’absorber dans le néant immaculé la chair entière du vivant. En Algérie, la loi électorale accepte que les femmes se présentent sans photo. Triomphe suprême de l’islamisation. Perfection morbide de l’enterrement vertical. On ne peut pas se représenter celles qui veulent représenter leurs électeurs. 

Acte III : c’est le lien avec ce qui se passe (ou se passera) en France. Dans ce pays, certains ont fait un métier de réclamer la visibilité politique, médiatique et sociale de la femme voilée. Ils puisent leurs arguments dans la culpabilisation, le communautaire, le confessionnel, l’Histoire. On y réclame que la femme voilée soit visible pour que le voile soit visible, plutôt que la femme. Une idéologie, une abdication, un uniforme plutôt qu’une chair, un corps, un droit ou une humanité. La preuve ? Là-bas, au sud, dans les pays dits arabes, ce droit de visibilité pour la femme voilée montre son ultime triomphe : le voile est là et la femme qu’il enveloppe a entièrement disparu. On commence par soutenir qu’une femme voilée a le droit d’être visible et on aboutit au décret qui rend visible le voile, pas la femme. On revendique la visibilité pour atteindre le but messianique de l’invisibilité totale, l’occultation universelle. On jouera alors sur les mots, les sens, les récits identitaires, la victimisation et l’État de droit. Mais le but réel n’est pas que la femme soit visible ; le but, c’est qu’elle ne le soit plus à la fin de ce processus de nettoyage sexuel, de « solution finale ». 

Épilogue : à un moment, et pour jouer les innocents, les « voileurs » ont eu une idée : les femmes candidates seront remplacées par des fleurs sur les affiches électorales. Quelle ironie que cette trouvaille du féminisme à la mode communautaire digne de celui développé en Occident !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.