Simple banalité…

le

L’agresseur a appelé des complices pour s’en prendre à l’élu. Un riverain venu s’interposer a été blessé.

La profession, confrontée à une violence incontrôlable, cherche à susciter des vocations auprès d’autres agents de la fonction publique.

Pour un banal rappel au règlement, il a été tabassé à coups de barres de fer. Ce dimanche après-midi, le maire d’Ouges, un petit village tranquille de 1400 habitants, en Côte-d’Or, se baladait avec son épouse le long du canal de Bourgogne, lorsqu’il a croisé un homme circulant sur un quad. 

Trop vite et sur un chemin réservé aux promeneurs. Sauf que le jeune resquilleur ameutera ses amis : le maire, Jean-Claude Girard, prendra une pluie de coups, et s’en sortira avec 2 jours d’ITT. C’est un coup de feu tiré en l’air par un riverain qui fera finalement fuir les agresseurs.

Aujourd’hui, le maire, quinquagénaire, « va bien », rassure-t-on à l’hôtel de ville. « Je viens de lui parler, raconte Yves Doussot, son premier adjoint. Les coups qu’il a reçus lui ont fait perdre connaissance, mais il n’a pas de séquelle grave. »

Une enquête est en cours pour tenter de retrouver les agresseurs, qui ont aussi grièvement blessé un riverain qui tentait de s’interposer.

« T’es qui, toi ? »

Selon le récit que lui a fait Jean-Claude Girard, « l’utilisateur    de quad, un jeune qui n’est pas de la commune, lui a lancé : “T’es qui, toi ?”, rapporte le premier adjoint. Le maire s’est présenté, et lui a expliqué que le chemin de halage, très fréquenté le dimanche après-midi, était interdit aux véhicules.»  Mais au lieu de regagner la route, « le jeune homme appelle des proches à l’aide, dont son frère, poursuit   Yves Doussot. Ils sont revenus quelques minutes plus tard à six ou sept, plutôt jeunes, avec deux voitures et des scooters. Prêts pour un règlement de comptes, puisqu’ils étaient munis de barres de fer ! Jean-Claude, un homme de dialogue, qui sait garder son calme, a été frappé, par-derrière, au cou. » Au Bien Public, le maire a précisé : « Je suis tombé au sol, je ne me rappelle pas trop mais je sais que c’est un coup dans les côtes qui m’a fait me relever. »  Alertés par le bruit de l’altercation, des riverains accourent pour l’aider. L’un d’eux sera blessé au bras, et chutera lui aussi, « la tête ensanglantée ». Il faudra un coup de feu tiré à la carabine, en l’air, par un autre habitant, pour faire fuir les assaillants, tandis que les gendarmes étaient alertés par l’épouse du maire.

Sur les réseaux sociaux, des élus de toute la France ont assuré l’édile de leur soutien. À commencer par François Rebsamen, le maire PS de Dijon : « consterné et en colère », il demande que « les lâches auteurs de l’agression » soient « retrouvés et condamnés ». « Le maire va bien mais   moi j’appelle ça quasiment une tentative d’assassinat!, s’est-il exclamé sur la chaîne CNews. Il a fallu qu’un habitant de la commune le sauve en sortant sa carabine ! »

L’Association des maires de France (AMF) et son président François Baroin condamnent également « cet acte odieux ».   « Jusqu’où ira l’ensauvagement de notre nation ?», se demande le député LR Éric Ciotti. « C’est parce que, comme le maire d’Ouges, de plus en plus de détenteurs de l’autorité sont attaqués que nous demandons au gouvernement le rétablissement des peines planchers pour ceux qui s’en prennent aux maires, policiers, professeurs, gendarmes, pompiers… », a de son côté réagi la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse. 

En 2020, le ministère de l’Intérieur a dénombré 1276 actes d’incivilités mêlant menaces et agressions contre des maires. Trois fois plus qu’en 2019 ! À Ouges, le premier adjoint reste abasourdi par tant de violence gratuite.  « Ça fait notre troisième mandat ensemble, et on n’a jamais vu ça ! s’émeut-il. Mais, malheureusement, les citoyens qui bafouent les valeurs de la République, c’est de plus en plus courant, jusque dans nos petites communes rurales ! Je ne pensais pas qu’on en aurait besoin, mais je pense qu’il va falloir qu’on s’inscrive à la formation proposée par les gendarmes pour apprendre à faire face à de telles situations… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.