Pour ou contre la pub…

le

Téléphone, ordinateur, tablette, tous les appareils qui permettent de se connecter à internet disposent d’un identifiant publicitaire. Grâce à cet identifiant unique, les applications installées peuvent avoir une vue sur les autres apps installées, à quelle fréquence elles sont utilisées et quels sont les achats qui y sont faits.

Fin avril, au grand dam des créateurs d’applications, Facebook en tête, Apple a modifié sa politique de confidentialité. Depuis la dernière mise à jour d’ios, les applications n’ont, de base, plus l’accès à cet identifiant. Si un utilisateur veut « bénéficier des publicités qui résultent de son usage, il doit le spécifier dans les paramètres de son appareil.

Il est également possible de désactiver ces publicités ciblées sur les téléphones Android via les paramètres Google. Il suffit de « désactiver les annonces par centre d’intérêt » et de cocher la case « réinitialiser l’identifiant publicitaire ».

Bien sûr, les applications ne représentent pas les seuls mouchards auxquels sont confrontés les internautes. L’essentiel du traçage se passe au sein même du navigateur. La plupart des sites déposent sur l’appareil de petits scripts informatiques. En s’accumulant, ces derniers, plus connus sous le nom de cookies, finissent par dresser un profil particulièrement complet de l’internaute. Une aubaine pour les publicitaires désireux de proposer des pubs toujours mieux ciblées.

En une session d’une journée durant laquelle 37 sites ont été consultés, ce ne sont pas moins de 270 sites, bien souvent des sites d’analyses statistiques et publicitaires, qui ont récolté des données grâce aux traceurs présents sur les pages consultées…

Pas étonnant, dès lors, de se faire assaillir en ligne par des pubs pour couches pour bébé après avoir surfé sur le site d’une liste de naissance.

Les plus vicieux de ces cookies sont les « cookies tiers » qui permettent l’échange d’information entre différents sites. Google a récemment annoncé vouloir se débarrasser de ces cookies pour avancer une technologie de son cru tout en promettant une anonymisation des données récoltées. Mais pour l’heure, impossible de faire trois clics en ligne tout en y échappant. Les navigateurs permettent heureusement d’empêcher les sites d’enregistrer leurs cookies pisteurs sur les appareils. Soit dans les paramètres du navigateur, soit en utilisant la navigation privée qui efface tous les cookies et l’historique à la fin de la session.

Le navigateur peut être un allié de taille pour préserver sa vie privée en ligne. Il existe de nombreux ad-dons qui promettent de protéger les internautes des cookies et autres traceurs cachés

Changer de navigateur.

Le navigateur peut en effet être un allié de taille pour préserver sa vie privée en ligne. Il existe de nombreux ad-dons qui promettent de protéger les internautes des cookies et autres traceurs cachés. Mais c’est surtout le choix du navigateur en lui-même qui est loin d’être anodin.

Et les plus populaires ne sont pas forcément les plus respectueux des données de leurs utilisateurs.

Le meilleur élève à ce niveau est sans doute Firefox qui propose, de base, des paramètres plutôt sévères envers les cookies et traceurs publicitaires, et particulièrement les cookies tiers. Il est également possible de le paramétrer afin qu’il supprime toutes les données après chaque session.

Autre solution : les VPN.

Ces réseaux privés virtuels sont souvent présentés comme un moyen de surfer de manière plus anonyme. Un VPN, ou réseau privé virtuel, permet effectivement de se connecter à la Toile en modifiant son adresse IP et simuler une connexion depuis un autre endroit que celui où l’on se trouve effectivement.

En outre, passer par un VPN garantit bien souvent plus de sécurité et permet par exemple de connecter des ordinateurs distants sur un réseau virtuel simulant un réseau local. Très utile, notamment en cette période de télétravail généralisé.

En revanche, difficile de conseiller à Monsieur et Madame Tout-le-Monde d’y avoir recours dans leur vie privée. De nombreux VPN gratuits ont été pris la main dans le sac ces dernières années alors qu’ils revendaient des données de connexions à des tiers. Un peu contreproductif.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.