Flagrant déni de réalité.

le

Et si le temps perdu à gloser sur les faits et méfaits supposés de la police était consacré à mieux l’armer contre tous ceux qui veulent sa mort? Peut-on encore la laisser se faire offenser, humilier, piétiner par ces voix de gauche qui la traitent de fasciste, par ces bandes de délinquants qui la considèrent comme un clan ennemi, par ces terroristes qui en font le symbole d’un État à abattre? Le doute n’est pas permis, mais rien ne change. À chaque fois, ce sont les mêmes débats, les mêmes indignations, les mêmes promesses.

L’assassinat, vendredi, d’une fonctionnaire du commissariat de Rambouillet par un islamiste tunisien est l’énième épisode de la guerre qui est livrée à notre pays. En première ligne pour nous défendre, les forces de l’ordre en paient un lourd tribut. Et les cités de banlieue ne sont pas le seul théâtre d’action de leurs bourreaux. Avant Stéphanie, hier, dans cette coquette ville des Yvelines, il y eut Clarissa Jean-Philippe à Montrouge ainsi que Franck Brinsolaro et Ahmed Merabet en plein cœur de Paris, en 2015; Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider à Magnanville, en 2016; Xavier Jugelé sur les Champs-Élysées, en 2017; Arnaud Beltrame à Trèbes, en 2018; les quatre victimes de la préfecture de police de la capitale, en 2019.

La France est attaquée, mais ce ne sont pas quelques lois écrites à l’encre du « en même temps » qui la protégeront. Ni les discours de fermeté mille fois entendus qui peuvent faire illusion. Non plus que ces sempiternels appels à ne surtout pas faire d’amalgame entre islamisme, immigration incontrôlée, intégration ratée et délinquance. Le terrorisme sur notre sol, aujourd’hui, qu’il soit endogène ou exogène, trouve pourtant sa source dans ce mélange explosif. Les signaux de la haine ne sont pas faibles, ils sont manifestes, mais la France reste en flagrant déni de réalité. « Nous ne céderons rien », a averti, hier, Emmanuel Macron. Certes, mais le ver est dans le fruit depuis des années. Une campagne ne suffira pas à l’en extirper…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.