Justice …???

le

Je suis français.

Et je réclame, comme tous les Français, y compris les Français juifs, le droit d’être indigné, d’être bouleversé par la décision de la Cour de cassation, qui vient de conclure au non-jugement du meurtrier de notre compatriote Sarah Halimi. Je dis cela à l’intention de Julien Bayou, secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts, qui a parlé de l’émotion de la « communauté juives », mais qui a souligné qu’en France, « on ne juge pas les fous ».

Nous parlerons une autre fois de l’étrange dérive des Verts français, qui semblent depuis quelque temps ne plus pouvoir ouvrir la bouche sans proférer une ineptie ou une insanité. S’il y a dans cette affaire des bouffées délirantes, elles ne se situent pas toujours là où l’on l’imagine. Oui, comme Français, je voudrais dire mon malaise devant une évolution continue de ce pays qui me semble plus souvent ressembler à la France qui organisa la rafle des juifs du Vél’ d’Hiv qu’à la patrie de Montesquieu et de Zola, de Marc Bloch et de Jean Moulin. J’ajoute, comme homme de gauche, avoir été heureux d’entendre beaucoup de gens de droite partager mon malaise, mais malheureux de la faiblesse, jusqu’ici des réactions de la gauche, à l’exception de celle de Manuel Valls, devant l’affaire Halimi. Si cette « gauche » – je suis obligé d’employer des guillemets – après avoir semblé passer par pertes et profits la laïcité, l’excellence dans l’éducation et la recherche, le rôle moteur de la classe ouvrière, et pour tout dire la République universelle, devient insensible à l’antisémitisme, je me demande ce qui lui reste. Si j’étais seul de mon avis, je devrais m’interroger sur le sens de cet isolement. Mais comme pour ces raisons-là, précisément, et pas pour d’autres, 40% de son électorat naturel la déjà abandonnée, je me rassure sur mon propre cas, mais je m’inquiète sur le sien. Continuez comme cela, chers camarades. Vous avez déjà atteint votre niveau le plus bas depuis la fondation de la République, mais, au train où vont les choses, je vous sens capables de faire bien pis et d’abaisser encore votre étiage. Oui, je suis en colère. Si la gauche est incapable de redevenir ce que Michelet dit de la République, qu’elle doit être une « grande amitié », elle ne vaut plus une heure de peine ni même un bulletin de vote.

De quoi s’agit-il ?

Le 4 avril 2017, à Paris, dans le quartier de Belleville, une femme de 65 ans, Sarah Halimi, de confession juive, médecin puis directrice de crèche, est violemment agressée par Kobili Traoré, 27 ans, un de ses voisins, battue pendant une heure aux cris de « Allahu akbar! », puis défenestrée du troisième étage, alors que la police, au bas de l’immeuble, n’a pas bougé. Le meurtrier s’est ensuite répandu en hurlant « j’ai tué le sheitan!» (le démon, en arabe). Voilà un « irresponsable » qui, à défaut d’humanité, me paraît avoir beaucoup de logique et de cohérence entre ses paroles et ses actes.

La justice a décidé deux choses contradictoires, comme l’a justement souligné le grand rabbin Korsia. D’une part, qu’il s’agit bien d’un acte antisémite – comment faire autrement? mais, d’autre part, que le meurtrier a agi sous l’effet d’une « bouffée délirante aiguë » dans le cadre d’une prise régulière de stupéfiants, et qu’il est donc irresponsable. Et non fou, comme dit élégamment Julien Bayou. Toute une série d’expertises, en partie contradictoires, ont été effectuées pour appuyer cette décision: je me demande si la multiplication des expertises par la justice ne tend pas à devenir pour elle un moyen d’échapper à ses responsabilités, ou pis que cela à prononcer des jugements discutables sous le couvert de la science.

Je respecte la justice de mon pays. Du moins, je m’y efforce, car je dois confesser que j’ai de plus en plus de mal, tant se multiplient les décisions qui semblent relever de l’arbitraire partisan plutôt que de l’esprit d’équité. À la lumière d’autres affaires, j’ai peine à écarter de moi la pensée que, si la victime avait été musulmane et non juive, la décision de la justice eût peut-être été différente. Et ce n’est pas parce que ces décisions vont souvent dans le sens de la gauche, c’est-à-dire, hélas! du communautarisme, que je changerai d’avis. L’indépendance de la justice est fondée sur la loi, mais elle repose, en dernière analyse, sur son impartialité, même si le mot n’est plus à la mode chez les sociologues. Le président de la République, qui est, par ses fonctions, garant de cette indépendance, a semblé partager mon trouble et a déclaré qu’il fallait revoir la loi « Décider de prendre des stupéfiants et de devenir alors « comme fou ne devrait pas à mes yeux, supprimer votre responsabilité pénale », vient-il de déclarer au Figaro (19 avril 2021). Si la prise ponctuelle de stupéfiants, qui, dans le cas d’un accident de la route, est, comme il est naturel, une circonstance aggravante, se mue, en devenant habituelle, en passeport pour l’innocence, vous voyez ce qui vous reste à faire…

Pour terminer, je voudrais dire à mes amis juifs – je déteste le terme de communauté – que je revendique hautement le droit, et même le devoir, non de partager leur émotion, mais bien de la ressentir au même titre qu’eux, sans distinction confessionnelle. Chaque année, par milliers, les juifs quittent la France, où ils ne se sentent plus en sûreté. Ce n’est pas le grand remplacement, mais c’est le grand déplacement. Il faut arrêter cette honte et ce scandale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.