Avez-vous vu le train ???

le

À Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), c’est un Intercités qui assure la liaison avec Paris. En raison de la crise sanitaire, seuls cinq allers-retours par jour sont proposés aux voyageurs. Les retards liés à des incidents sur la ligne sont fréquents.

En temps normal, quand les trains sont à l’heure, il faut 3 h 20 pour rejoindre Paris depuis Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Autant dire dans le meilleur des mondes, car, aujourd’hui, la métropole auvergnate (300 000 habitants) est l’une des grandes villes de France les moins bien loties en matière de ferroviaire. « Depuis quarante ans, la durée du trajet en train Clermont-Paris ne fait qu’augmenter malgré les progrès technologiques », observe Thierry Martin-Lassagne, directeur des affaires publiques du groupe Michelin, le plus gros consommateur de billets de train du bassin économique clermontois : « Au point que des fournisseurs nous demandent d’organiser les réunions à Paris (NDLR : le siège) ou Lyon », explique le dirigeant.

Le choix de la SNCF de diviser par deux le nombre d’Intercités quotidien entre Paris et Clermont-Ferrand en raison de la crise sanitaire ne fait que renforcer l’enclavement. « Cette ligne mérite à elle seule un livre sur les motifs des monstrueux retards, liés exclusivement au fait qu’il n’y a pas eu de modernisation », déplore Patrick Wolff, président de l’association Objectif Capitales, qui œuvre pour une meilleure connexion de la métropole.

Réduire la durée du Paris-Clermont à 2 h 45.

Trains en panne, caténaires défaillantes, animaux sur la voie…, le voyage depuis l’Auvergne jusqu’à Paris s’apparente parfois à un long chemin de croix. Sur ce sujet, la SNCF précise « qu’un plan d’action de fiabilisation des locomotives a été déclenché fin octobre et qu’une partie des actions est réalisée ». Mais les usagers ont fait part de leur colère au ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, lors de sa venue à Clermont, et ce dernier a consenti des investissements lourds : nouvelles rames dès 2023, régénération des voies jusqu’en 2025 pour plus de 1 milliard d’euros.

« Ils font l’entretien qu’ils auraient dû faire il y a vingt ans. Hourra! », ironise Patrick Wolff. Objectif Capitales et le maire de Clermont, Olivier Bianchi, entendent obtenir 1 milliard supplémentaire afin de réduire la durée du trajet à 2 h 45. La modernisation est à l’étude, mais quid du financement ? L’autre sujet sur lequel les décideurs clermontois veulent accélérer, avec la région, c’est la connexion à Lyon. « Il faut 2 h 30 pour rallier Lyon dans un train hors d’âge, sans aucun confort. Que font les gens ? Ils prennent la voiture. Pour Bordeaux, c’est 8 heures de voyage dans des conditions dantesques », dénonce Patrick Wolff. Porté par Railcoop, une coopérative ferroviaire, le projet (privé) de relier, à partir de juin 2022, Bordeaux à Lyon, une ligne fermée par la SNCF en 2014, est donc une bonne nouvelle.

En passant par Limoges (Haute-Vienne) et Saint-Germain-des-Fossés (Allier), le train mettrait encore 7 heures. Mais, au moins, ceux qui l’aiment pourront le prendre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.