Rouge vif.

le

La marmotte : à chaque confinement, la marmotte disciplinée retourne hiberner dans son terrier en attendant des jours meilleurs. Elle a fait des provisions pour plusieurs mois et s’éloigne rarement à plus de 500 mètres de chez elle. « Si tout le monde faisait comme moi, on n’en serait pas là, soupire-t-elle. Mais qu’est-ce que tu veux ? Les gens ne pensent qu’à eux. »

Le rebelle : sitôt qu’une interdiction est édictée, il cherche à la contourner. Son credo : « On n’enfermera pas ma liberté de m’amuser ! » Le rebelle multiplie les dîners clandestins, se regroupe en troupeau sur des pelouses en buvant de la bière et en rigolant fort, et prend plaisir à s’éloigner à plus de 10 kilomètres de son domicile. Il est cependant prévoyant quand ça l’arrange, et s’est fait faire une fausse attestation professionnelle pour éviter l’amende.

L’optimiste : il est persuadé qu’on va s’en sortir un jour. Il martèle que cette épreuve est l’occasion de se réinventer. Il s’est mis à la cuisine végane, suit des cours de hatha yoga sur Instagram et relit toute sa collection de livres de développement personnel. Le plus important, ce n’est pas ce qui arrive mais la manière de percevoir les choses, alors l’optimiste s’efforce d’apprécier l’instant présent, même s’il le reconnaît : « C’est pas toujours évident en ce moment. »

L’hypocondriaque : il en est à son douzième test PCR en trois semaines. Il prend de la vitamine D, de l’extrait de pépins de pamplemousse, du zinc, et met toujours une goutte d’huile essentielle de lavande dans son masque pour dégager ses voies nasales. Quand on déjeune en tête à tête avec l’hypocondriaque derrière une vitre en Plexiglas, il faut ouvrir grand les fenêtres quel que soit le temps. On n’attrape pas le Covid mais on repart avec un rhume carabiné.

Le déprimé : il n’allait déjà pas très fort en 2019 et l’épidémie n’a pas arrangé les choses. Ses amis ont tendance à le fuir car il passe son temps à se lamenter sur la situation. Pourtant il prend du millepertuis le matin, du magnésium à midi et de la valériane le soir. Il aimerait bien aller voir un psy mais n’a pas l’énergie de chercher un rendez-vous. En attendant, il mange, boit et fume un peu trop, se promettant de se reprendre en main bientôt.

Le complotiste : sa grande joie, c’est de pointer les incohérences gouvernementales. Il oscille entre « ils en font trop » et « ils n’en font pas assez » De toute façon, l’épidémie et la pénurie de vaccins sont organisées en haut lieu pour nous asservir par qui vous savez. Le complotiste passe ses journées à partager des vidéos sur des groupes WhatsApp dédiés. Quand il discute avec des naïfs, il prend bien soin de commencer ses phrases par : « Je ne suis pas complotiste mais reconnais quand même que... »

La workaholic : le télétravail n’a rien entamé de son efficacité. Elle est la première connectée aux réunions Zoom, on lui envoie un e-mail et elle répond dans la seconde. Depuis un an, pour se faire bien voir de son employeur, elle se rend joignable à toute heure du jour et de la nuit. Pendant les trois semaines qui viennent, elle autorisera ses enfants à passer beaucoup, beaucoup de temps devant leurs écrans. « Je n’ai pas d’autre choix que de prioriser: mon salaire d’abord, leur éducation ensuite, sinon je vais faire un burn-out. »

Quant à moi, parfois dans la même journée, je passe de l’hypocondrie à la déprime, de la discipline à l’optimisme, de la rébellion au workaholisme. En vérité, chacun fait comme il peut pour affronter cette période compliquée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.