Nos Ouïgours…

le

Le voyage du pape François en Irak a généralement été bien accueilli un peu partout et dans tous les milieux. Il est vrai qu’il avait été conçu pour ne pas faire de vagues.

Au cours de sa visite à l’ayatollah chiite Al-Sistani, le clou du voyage, ce dernier s’est levé à deux reprises pour saluer son hôte. Il parait que c’est un grand honneur qu’il a fait au représentant des 1,320 milliards de catholiques à travers le monde. Tout de même, le même Al-Sistani a proclamé que les chrétiens (désormais 1 % de la population irakienne) doivent vivre en paix et bénéficier de tous les droits. On espère que son principal rival, le guide suprême, le grand ayatollah Ali Khamenei aura entendu ce discours.

À part cela, rien, ou peu de chose, si ce n’est le réconfort moral que cette visite a procuré aux chrétiens d’Orient. On est loin du style flamboyant de Jean-Paul II (1978-2005), qui, presque à lui seul, avait abattu le communisme en Pologne et donné une réalité à la parole évangélique «n’ayez pas peur

Car les chrétiens ont bien des raisons d’avoir peur, et le christianisme peut prétendre au titre peu enviable de religion la plus persécutée à travers le monde. Certes, les Ouigours musulmans du Xinjiang, en Chine, au nombre de 12 millions, sont l’objet d’une répression massive, abominable, et justement dénoncée depuis peu; et les Rohingyas de Birmanie (il n’en reste que 600 000) vivent, selon les termes mêmes des enquêteurs de l’ONU,« sous la menace d’un génocide ». Mais la persécution des chrétiens à travers le monde, par son extension géographique et par sa permanence à travers le temps, est sans aucun doute la plus systématique. L’organisation Portes ouvertes, membre de la Fédération protestante de France, publie chaque année un index mondial de la persécution des chrétiens établi avec rigueur, sans esprit de victimisation morbide et encore moins de prosélytisme, qui donne froid dans le dos, pour peu que l’on ait quelque imagination et quelque liberté d’esprit *.

Comme les organisations spécialisées dans les droits de l’homme restent en général assez silencieuses, on me permettra d’énumérer ici quelques exemples concrets et qui donnent une idée de l’ampleur du phénomène, pour la seule année 2020.

Savez-vous qu’en Afghanistan les enfants chrétiens sont obligés de suivre une instruction religieuse musulmane? Savez-vous qu’en Somalie la détention d’une bible est punie de mort? Qu’au Pakistan 40 chrétiens ont subi cinq années de prison avant d’être acquittés du meurtre de deux hommes, à la suite d’un attentat-suicide contre deux églises de Lahore? Qu’en Erythrée, entre 1500 et 3000 chrétiens sont détenus dans des conditions inhumaines pour avoir pratiqué le christianisme interdit? Qu’au Nigeria, le 12 mai 2020, une milice peule, dans l’État de Kaduna, a causé la mort de 17 personnes, pour la plupart chrétiennes, dont plusieurs enfants, et que le 20 janvier, dans l’État d’Adamawa, le pasteur Lawan Andimi a été décapité par le groupe terroriste islamique Boko Haram? Qu’au Soudan trois églises récemment restaurées ont été à nouveau brûlées ? Qu’aux Maldives la conversion au christianisme entraîne la déchéance de nationalité? Qu’en Mauritanie elle entraîne l’emprisonnement? Qu’au Congo 47 chrétiens ont été tués dans le Nord-Kivu en novembre 2019 et 66 autres entre mai et juillet 2020? Qu’en Indonésie le pasteur Yeremia Zanambani a été tué?

J’arrête là une énumération faite au hasard, parce que l’on se lasse de tout, même de l’horreur, même de l’inhumanité. Et, pour terminer sur une note comique, sachez qu’en Corée du Nord, pays qui se place depuis des années à la première place des pays persécuteurs, il existe dans la capitale plusieurs églises catholiques factices où l’on célèbre la messe devant des figurants à l’intention des touristes.

Au total, Portes ouvertes a recensé 4761 chrétiens tués en 2020 à cause de leur foi, 4277 chrétiens détenus, 4488 églises attaquées.

La plupart de ces chiffres sont en augmentation par rapport à l’année précédente. Patrick Victor, directeur de Portes ouvertes France et Belgique, estime que plus de 3110 millions de chrétiens sont discriminés et persécutés à travers le monde en raison de leur foi. Au total, 74 pays sont concernés, essentiellement en Asie et en Afrique. La liste comprend la quasi-totalité des États de confession musulmane, mais aussi des pays athées, comme la Corée du Nord, et l’Inde, de religion principalement hindouiste.

Face à tous ces crimes, les pays européens et américains, à majorité chrétienne et qui protestent à juste titre contre la persécution des Ouigours, restent silencieux. Pour les chrétiens d’Asie et d’Afrique, c’est la double peine. Car si, au nom de la laïcité, les pays occidentaux s’interdisent justement de se réclamer du christianisme, les pays antichrétiens, eux, ne se gênent pas pour les considérer comme tels.

Voilà pourquoi le christianisme est la religion la plus persécutée du monde. Il existe une autre raison: les chrétiens ne tuent pas, n’égorgent pas, ne décapitent pas, ne pratiquent pas le terrorisme au nom de leur foi. Dans le monde de 2021, force est de reconnaître que c’est un lourd handicap. Le moins que l’on puisse faire pour eux est de briser la conspiration du silence qui met leurs bourreaux à l’abri de toute espèce de condamnation. Il faut parler, il faut parler sans se lasser. Pascal: « Le silence est la plus grande persécution », et saint Luc: «S’ils se taisent, les pierres crieront.»

 (*)Index mondial de persécution des chrétiens 2021. Portes ouvertes France BP  20105-67541 Oswald Cedex,7 €

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.