Panneaux lumineux…interdits…

le

Quai André-Lassagne, les voitures alimentent des bouchons lyonnais qui n’ont rien d’appétissant. Anthony Geoffroy, lui, a le regard tourné vers le deuxième étage d’un hôtel cossu. « Là, cette publicité est illégale ! », dénonce le président du collectif Plein la vue. Occupant tout le cadre de certaines fenêtres, des écrans vantent des séjours au ski ou à la mer.

« Ce n’est pas un espace commercial, on ne peut pas le transformer en placard publicitaire ! Et de nuit, ces vidéos très lumineuses détournent l’attention des automobilistes. » Sur les trottoirs du centre historique de Lyon, les pubs numériques sont interdites de cité. Mais jamais à court d’imagination, les pubards contournent le problème en installant ces écrans derrière les vitres des commerces.

Bannir les panneaux lumineux est une des douze propositions sur la pub de la Convention citoyenne pour le climat. Le texte voté en commission spéciale à l’Assemblée jeudi dernier ne parle finalement plus d’interdiction nationale, il laisse aux édiles la possibilité d’encadrer leur taille, leur luminosité, etc.

Paris la Défense.

À Paris, une campagne de verbalisation retoquée par le tribunal.

« En fait, les pratiques vont dans le bon sens avec des leds qui consomment moins, de l’éclairage intelligent modulable, défend Gautier Picquet, président de Publicis Media France. Attention de ne pas se tromper de combat. »

À Lyon, la remarque ferait presque sourire Mathilde Jonas, elle aussi membre de Plein la vue : « Il n’y en avait pas il y a deux-trois ans. Désormais, le long de la rue de la République par exemple, presque toutes les vitrines clignotent d’écrans flashy. »

Ainsi, dans la vitrine de la pharmacie de l’Opéra, des spots de quelques secondes se succèdent. L’écran appâte le chaland ? « Pas tellement, soupire la patronne. Personne ne le regarde, et ça tombe bien car les labos y font la promo de gammes que je ne vends même pas… » Elle regrette d’avoir souscrit un engagement pour cinq ans. « Payer pour accueillir cet écran, le cas est inédit ! s’étonne Mathilde Jonas. D’habitude, les opérateurs donnent quelques sous aux commerçants et installent les écrans ou leur en fournissent gratuitement en promettant de la visibilité. »

Les pubs numériques sont interdites dans les rues de la ville.

Lors du premier confinement, le collectif s’est ému de ces messages qui continuaient de tourner dans le vide. Désormais, il fait la chasse à ceux qui restent allumés après le couvre-feu. Stéphane Dottelonde, président de l’Union de la publicité extérieure (UPE), regrette cette « polémique franco-française » : « En Grande-Bretagne, les panneaux représentent plus de la moitié des dispositifs en extérieur. » Il évoque également Oslo, Amsterdam, Berlin… « En France, on ne compte réellement que 2 300 publicités (NDLR : qui diffusent des spots sans rapport avec le contenu de leurs boutiques, si non l’UPE parle d’enseigne), le législateur ne peut pas stopper ainsi la transition numérique de tout un secteur ! »

Ces télés géantes sont dénoncées comme énergivores. « Sept fois plus » qu’un panneau d’affichage, calcule l’ex-ministre de l’Environnement Delphine Batho, qui a rédigé une proposition de loi pour les interdire. Paris aussi a voulu les bannir. En octobre, la police municipale a ainsi verbalisé les régies publicitaires qui implantent ces panneaux. Raté. Le tribunal administratif, saisi par l’une des sociétés, a jugé que le règlement local de publicité ne s’applique qu’à… l’espace public. « C’est absurde, ces messages visent bien l’espace public ! » s’emporte Laurent Fétet, président de l’association Paysages de France, qui défend le cadre de vie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.