Sondage : les lycéens rejettent majoritairement la « laïcité à la française »

le

Dans une enquête inédite réalisée pour la revue « Le Droit de vivre » et la Licra, l’Ifop révèle une profonde fracture générationnelle.

Une professeure d'histoire fait cours. Image d'illustration.

Une professeure d’histoire fait cours.

Le coup sera rude pour les partisans d’une laïcité « de combat » : leur idéal n’est plus porté par les jeunes générations. Dans un sondage commandé par la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), dont la revue consacre un numéro spécial à la laïcité, l’institut Ifop s’est penché pour la première fois sur la façon dont les lycéens perçoivent l’un des fondements de la  République française, inscrit dans la Constitution. Et les résultats de son enquête, réalisée en janvier auprès d’un échantillon représentatif de 1 006 lycéens selon la méthode des quotas, révèlent des fractures béantes. Plus d’un lycéen sur deux (52 %) se dit ainsi favorable au port de signes religieux ostensibles dans les lycées publics, soit deux fois plus que dans l’ensemble de la population (25 %). 49 % ne voient pas d’inconvénient à ce que les agents publics affichent leurs convictions religieuses. Et 38 % sont favorables à ce qu’une loi autorise les élèves à porter un « burkini » (une proportion qui atteint 63 % chez les seuls élèves scolarisés en REP, et 76 % chez les lycéens se déclarant musulmans).

Une courte majorité refuse le droit au blasphème

Ravivée par l’affaire « Mila », cinq ans après les attentats de Charlie Hebdo qui ont suivi la publication de caricatures de Mahomet, la question du « droit au blasphème » clive une opinion lycéenne qui se dit désormais majoritairement opposée au « droit de critiquer une croyance, un symbole ou un dogme religieux ». 52 % des élèves du secondaire n’y sont pas favorables… Mais la population lycéenne elle-même est divisée : si les jeunes musulmans s’opposent à 78 % au droit d’outrager une religion, de même que 65 % des personnes perçues comme « non blanches » et 60 % des jeunes vivant dans des zones d’éducation prioritaire, ce n’est le cas que de 45 % des catholiques et de 47 % des élèves se définissant « sans religion ». « Critiquer la religion, c’est agresser les croyants.

On ne distingue plus le corpus idéologique de la personne qui y croit », souligne le directeur du pôle « Politique / Actualités » de l’Ifop François Kraus, auteur de l’enquête. « C’est la victoire d’une vision anglo-saxonne ou même islamiste des choses. La religion n’est plus perçue comme un corpus de valeurs auxquelles on croit, mais comme consubstantielle de l’identité. Et la moquerie de l’identité étant perçue par certains comme intolérable, les réactions violentes ne sont plus incompréhensibles. » Ainsi 10 % des lycéens n’expriment pas de condamnation ou sont indifférents aujourd’hui à l’égard des auteurs des attentats de 2015… Contre 4 % des jeunes de 15 à 17 ans auxquels la même question avait été posée en 2016.

Une conception « minimaliste » de la laïcité

Comment expliquer d’aussi profonds changements de perception ? « L’enquête met en exergue un double clivage : entre les jeunes et le reste des Français d’une part, et d’autre part entre les jeunes musulmans ou représentants de minorités ethniques, et le reste de la jeunesse, qui fait preuve de tolérance, mais n’est pas sur une ligne de revendication forte », analyse François Krauss. Dans l’ensemble, les lycéens ont une conception « minimaliste » de la laïcité, qu’ils voient comme un outil destiné à « mettre toutes les religions sur un pied d’égalité » (29 %) ou à « assurer la liberté de conscience ». Seuls 11 % d’entre eux considèrent qu’elle consiste à « faire reculer l’influence des religions dans la société », contre 26 % de leurs aînés. Partant, les lois visant à encadrer l’application de la laïcité en France sont perçues par plus d’un lycéen sur trois (37 %) comme discriminatoires à l’égard des musulmans (opinion partagée par 81 % des élèves musulmans, et par 55 % de ceux vivant en zone d’éducation prioritaire.) « Actuellement, les musulmans représentent 14 % de la population lycéenne, et ce noyau est très hostile au dispositif actuel de laïcité. Mais au-delà, il y a toute une jeunesse qui partage ces revendications. C’est particulièrement fort dans les quartiers populaires, où l’on observe un phénomène d’acculturation qu’avaient très bien décrit les sociologues Anne Muxel et Olivier Galland dans leur enquête « La Tentation radicale  » : « Même si on n’est pas musulmans, on est solidaire des causes et du droit des jeunes à afficher leurs traits culturels et identitaires. (…) Compte tenu du poids croissant des musulmans en France, et de la réticence de cette jeunesse à l’égard des dispositifs législatifs actuels, on ne peut que se poser la question de la pérennité de la loi de 2004 » sur l’interdiction à l’école des signes religieux ostentatoires, « qui pourrait n’avoir plus, demain, d’assise politique suffisante pour se maintenir en l’état », souligne le chercheur. À moins d’un changement d’approche radical ?

Trente ans d’erreurs éducatives

C’est ce qu’avance la philosophe Catherine Kintzler, spécialiste de l’éducation et de la laïcité, qui lit dans ce sondage la conséquence d’une « sacralisation du convictionnel » entretenue par des décennies de techniques éducatives basées sur la valorisation de l’enfant. « On nous explique à longueur de débats que l’opinion, la croyance sont une partie essentielle de l’individu, constitutive de sa conscience. De la même manière que les élèves ne distinguent plus les espaces privé, social, ou public au sens juridique du terme (l’école, les tribunaux, etc.), ils ne font plus la distinction entre la croyance ou l’opinion, et les personnes qui y adhèrent », s’alarme-t-elle. « Notre éducation ne conduit plus les élèves à l’extérieur de leur sphère habituelle. On se targue de faire de la formation à l’esprit critique, mais en réalité, on fait le contraire ! Juxtaposer les opinions ne constitue pas la démarche critique. La démarche critique consiste à prendre ses distances avec un ensemble, et à s’interroger sur les conditions de possibilité d’une pensée. Pour faire comprendre la distinction entre croyants et non-croyants, la meilleure voie est de passer par les religions auxquelles on ne croit plus, en étudiant les dieux de l’Égypte ancienne, la mythologie des Grecs… Ces lents détours par les humanités – les mathématiques, l’histoire des sciences, la grammaire… –, qui permettent à chacun de faire un pas de côté et de penser contre soi-même, ne sont plus effectués. L’école informe. Mais elle n’instruit plus… »

Le ministre Jean-Michel Blanquer pour l’heure, a confié à l’ancien inspecteur de l’éducation nationale Jean-Pierre Obin une mission pour harmoniser et améliorer la formation des enseignants et chefs d’établissement à la laïcité. Un début…

19 Commentaires

Par JFL 62 le 03/03/2021 à 07:53

Réussite de la bien pensance. L’endoctrinement de nos enseignants islamogauchistes porte ses fruits. Jusqu’où arriveront ils à abaisser la France ?

Par Cbocpsm le 03/03/2021 à 07:43

Dont acte Je propose de reinstituer le catholicisme comme religion d’état.

Par Clonile le 03/03/2021 à 07:33

La laïcité radicale « à la française » fait partie des exceptions françaises

Peut-être que cette radicalité s’émousse et que, dans ce domaine, la société française se rapproche d’un rapport aux religions plus proche de celui de nos voisins européens, dont l’attitude des jeunes générations est le signe annonciateur. Faut-il s’en inquiéter ? La cohésion sociale est-elle pire chez nos voisins que chez nous ? Pas sûr.

Par Dizul le 03/03/2021 à 08:34

Quelle bonne nouvelle, à gauche. Tout à fait d’accord avec Ménage de Printemps le 03/03/2021 à 08 : 06. Le PS va revoir sa copie, fissa. De futurs clients à l’horizon ! Mais cela pose aussi la question importante de l’endoctrinement des enseignants réputés très majoritairement de gauche (JFL 62).

Par Titi75 le 03/03/2021 à 08:34

Inculture Cette évolution de la société a un dénominateur commun, la totale absence d’ambition culturelle de la grande majorité de la jeunesse. C’est effrayant, ils deviennent ainsi perméable à toutes les idéologies, raisonnent de façon totalement binaire et manichéenne et n’ont plus aucun objectif intellectuel. Le divertissement et la consommation sont leurs seuls guides.

Par Samgast le 03/03/2021 à 08:27

Est-ce si étonnant ?

En cette ère mondialisée l’assimilation à la française est vraiment isolée alors que le Salad bowl fait florès. Le droit au blaspheme s’use quand on en abuse : certaines caricatures, même pas drôles, juste vulgaires, ne font que desservir le principe de laïcité. Les valeurs de la République ne s’enseignent, elles se vivent !

Par julienas le 03/03/2021 à 08:26

Ce qui serait bien ç est d avoir très exactement les questions posées et les résultats lors de ce sondage et pas un article fourre tout… Nous savons tous que le sens de la question determine la réponse…

Par GEMOUG le 03/03/2021 à 08:25

Voilà le résultat d’une « certaine immigration » irresponsable… Toutes leurs lois « anti » n’y feront rien : le processus est en marche !

Par CAIUS06 le 03/03/2021 à 08:21

1981-2021 : 40 ans de descente aux enfers de l’EN !

Le triomphe de la gauche au pouvoir, d’une grande majorité d’enseignants de gauche : eux qui voulaient interdire l’école privée ils ont réussi l’inverse : dénaturé la laïcité… L’islamo gauchisme triomphe merci qui ? Jack Lang triomphant en 81 : «  la France passe de l’ombre à la lumière…  ». Belle réussite ! Remarquez lui il n’a rien perdu il est président de l’Institut du Monde Arabe où il a table ouverte décoré par Smalto…

Par bd31 le 03/03/2021 à 08:19

Les convictions évoluent avce l’âge

Il faut donc se dire que beaucoup de ces jeunes penseront très différemment en prenant de l’âge. Je revois quelques camarades de lycée ou de fac ils ont majoritairement évolué vers la droite et certains l’extrême droite et pourtant leurs opinions étaient tres différentes. L’esprit critique enseigné il y a 40-50 ans dans les collèges et lycées a fait de nous des individualistes se méfiant de l’Etat et du pouvoir en général et bien sûr de la Nation. Seul l’individu compte et l’essentiel est notre intérêt, celui du groupe n’a aucun intérêt sauf quand cela est bénéfique pour soit (ce qui ne va pas de soi). Je ne pense pas que depuis l’education nationale ait changé donc voilà le résultat

Par Bob92300 le 03/03/2021 à 08:18

Ce n’est pas surprenant

Quand on voit devant les écoles les femmes voilées, tellement nombreuses, dès son plus jeune âge, on est forcément habitué avec cette ‘tolérance’.

Par Bartabas le 03/03/2021 à 08:15

Ce sondage.Ou à t il été réalisé ? Si on a la quantité de l’échantillonnage nous ne connaissons pas le public sur lequel il a été réalisé. Entre le 7 me arrondissent de Paris et le 93 c’est pas la même chose.

Par ducadimonte le 03/03/2021 à 08:13

14% ?

Comment peut-on assurer avec certitude que le nombre de lycéens musulmans est de 14% quand on estime que dans ce pays les statistiques religieuses sont illégales ? Aurait-on le droit d’utiliser des statistiques interdites pour rassurer monsieur Dupont et l’interdiction d’utiliser des statistiques « inexistantes » pour éviter de l’effrayer ? Le grand remplacement est enclenché.Il n’y aura pas de retour en arrière. Le différentiel de natalité et l’angélisme multiculturel et communautariste devraient lui permettre de maintenir le rythme. La chose que la gauche de Terra Nova a enfantée va submerger cette même gauche, autrefois laïque. Les aberrations idéologiques et clientélistes finissent toujours par se payer cash. Les conséquences de cette nouvelle « idée » de la gauche seront plus lourdes et pérennes que celles de Lénine (qui ont tout de même duré 70 ans), malheureusement.

Bravo aux médias, à la « justice » et à l' »education » nationale qui ont servi ce dessein.

Par Ménage de Printemps le 03/03/2021 à 08:06

Sondage très utile pour la Gauche. Pour le PS notamment qui avait amorcé un aggiornamento sur la question de la laïcité après la décapitation sauvage de Samuel Paty. Je pense que confronté aux résultats de ce sondage, le PS va à nouveau revoir sa copie par souci clientéliste bien compris. Après tout, ce sont surtout les jeunes écervelés et les pauvres pétris de ressentiment social qui votent à gauche…

Par Marcel Guzard le 03/03/2021 à 08:02

Bonjour. Et géographiquement quoi c’est quoi la répartition de ce sondage ?

Par JFL 62 le 03/03/2021 à 07:53

Réussite de la bien pensance

L’endoctrinement de nos enseignants islamogauchistes porte ses fruits. Jusqu’où arriveront ils à abaisser la France ?

Par Majorons le 03/03/2021 à 07:51

Problème d’interroger des jeunes.

Car, moi à leur âge, les adultes me disaient, c’est bien d’avoir un avis, mais il sera pris en compte quand tu sera adulte. Et aujourd’hui je trouve que cette position était très intelligente, ce qui devrait relativiser ce sondage. Et surtout remettre les jeunes et les enfants à leurs place, à savoir des individus qui sont là pour apprendre, respecter les adultes et qu ils auront le droit de l’ouvrir à l’âge adulte.

Par Laurentbkk le 03/03/2021 à 07:50

Triste constat

Moi qui pensais naivement qu’en 2021 avec internet qui est une fenetre ouverte sur le monde, les jeunes seraient plus enclins a reflechir par eux memes. Apparemment non puisque la religion prend encore une grande place et ce sur la laicite c’est bien triste. La laicite n’a jamais tue personne, les religions oui et les exemples ne manquent pas dans les livres d’histoire.

Par Cbocpsm le 03/03/2021 à 07:43

Dont acte

Je propose de reinstituer le catholicisme comme religion d’état.

Par Clonile le 03/03/2021 à 07:33

La laïcité radicale « à la française » fait partie des exceptions françaises

Peut-être que cette radicalité s’émousse et que, dans ce domaine, la société française se rapproche d’un rapport aux religions plus proche de celui de nos voisins européens, dont l’attitude des jeunes générations est le signe annonciateur. Faut-il s’en inquiéter ? La cohésion sociale est-elle pire chez nos voisins que chez nous ? Pas sûr.

Par Charles05 le 03/03/2021 à 07:28

Euh

On ne leurs a jamais expliqué les dégâts que font les guerres de religions ou les guerres civiles. ? Ça ne manque pourtant pas dans l’Histoire…

Par vieux prof le 03/03/2021 à 07:28

Bien dit

Arrêtez de polluer l’école avec autre chose que du savoir et de la structure ; ceci étant, c’est mal barré. Merci bourdieu ! Certains sondages Peuvent être orientés et peuvent nous manipuler. Je vois dans ce sondage un échec de nos gouvernants et un déni des réalités qu’ils n’ont pas voulu voir. Les résultats de ce sondage peuvent s’expliquer par un changement de population et de civilisation trop brutal. Nos gouvernements ont cru naïvement qu’il n’y aurait pas de problèmes.

Par Antidemago92 le 03/03/2021 à 07:25

Quel fiasco ! Si ce sondage est représentatif, et il le semble, quel fiasco pour l’Education Nationale ! Quel camouflet !

Par chris1059 le 03/03/2021 à 07:25

! ! Il faudrait connaître les statistiques ethniques de ce sondage, cela donnerait certainement un éclairage bien plus… Particulier de cette analyse…mais bon, Chut, pas de vagues. Ne pas stigmatiser, et ne pas effrayer les « forces de progres ».

Par kdance le 03/03/2021 à 07:11

C est dit, c est fait. Ils ont gagné

Par Ménage de Printemps le 03/03/2021 à 07:09

Ne pas s’opposer au progrès

« La laïcité à la française », c’est ringard, c’est pour les conservateurs. Constatons une fois de plus que c’est la Gauche qui porte le progrès. Merci les forces de progrès !

Par Skyrunnernumber1 le 03/03/2021 à 07:08

En fait Ils n’ont sondé que les banlieues ? En fait on ne leur demande pas leur avis aux lycéens. Ils ne sont pas contents alors ils rejoignent le pays qui correspond à leurs vœux. En France c’est comme çà, point-barre et çà ne souffre aucune contestation.

Par Hubch le 03/03/2021 à 07:07

Liberté.Les jeunes sont épris de Liberté et c’est plutôt rassurant. Porter un signe religieux n’a jamais fait de mal, ça fait partie de notre mémoire collective. Ce qui fait du mal c’est la haine de l’autre. Le fondamentalisme est aussi et parfois laïc, il veut s’imposer et interdire. Ce sondage est une réaction en faveur de la tolérance. Cela ne plaira pas aux extrêmes.Cela conforte les esprits libres et démocrates

Par cristof39 le 03/03/2021 à 07:06

La Faillite de l’enseignement est total. Un véritable fiasco pour l’éducation nationale et ses instituteurs, Professeurs…La faillite de notre système éducatif est acté

Par edouardb le 03/03/2021 à 06:46

Plusieurs enseignements

– apres jerome fourquet on arrive a contourner les stat ethniques 14% de musulmans chez les lyceens… Compte tenu du différentiel de taux de natalité cela risque de poser un problème rapidemznt si le rapport a la religion n’est pas clarifié

– on n’eduque plus – les humanités tant honnies aident a réfléchir. Malheureusement im fallait y penser avant d’instaurer 80% de reussite ua au bac…

– fracture de classe sociale / ethnique forte. Le séparatisme est en marche avec une partie des classes populaire deja soumises.

cet article est assez effrayant…

Par guy bernard le 03/03/2021 à 06:44

Notre enseignement laïque n’a pas d’impact sur le comportement des élèves. Ce que je lis, c’est que notre enseignement laïque n’a pas d’impact sur le comportement des élèves, et comme en plus, les savoirs dispensés sont limités, c’est tout le probleme qui est à revoir. Pour mémoire, on enseigne des savoirs, des savoir-faire associés, des savoir-etre et des savoir paraître, autrement c’est du baby setting pour plus ou moins grands.

Et vous, vous en pensez quoi ???

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.