La couleur et la race remplace le compétence…

le

Amanda Gorman : une autrice blanche pour la traduire ? Polémique aux Pays-Bas

Pour certains, la traduction de l’œuvre de la poétesse afro-américaine aurait dû revenir à une personne noire, selon « The Guardian ».
Amanda Gorman, lors de l'investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021.
Amanda Gorman, lors de l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021.© ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP

L’investiture de Joe Biden a permis pour beaucoup de découvrir la jeune poétesse afro-américaine Amanda Gorman, 22 ans, avec son poème « The Hill We Climb »(« La Colline que nous gravissons »). Son œuvre sera même traduite prochainement en français. Du côté des Pays-Bas , c’est une écrivaine blanche, Marieke Lucas Rijneveld, qui avait été choisie par la maison d’édition Meulenhoff pour mener cette tâche à bien, rapportent The Guardian et le média canadien La Presse.

Une décision qui a fait polémique : pour certains, ce n’est pas à une personne blanche de traduire les écrits d’Amanda Gorman. Une tribune de la journaliste néerlandaise Janice Deul a donné du grain à moudre aux détracteurs du choix la maison d’édition. Elle a écrit, le 25 février, qu’il valait mieux confier cette traduction à « un artiste de la création parlée, jeune, femme et […] noire » pour conserver toute la puissance du message véhiculé par Amanda Gorman. Marieke Lucas Rijneveld, c’est « un choix incompréhensible, à mon avis et à celui de beaucoup d’autres qui ont exprimé leur douleur, leur frustration, leur colère et leur déception via les réseaux sociaux », ajoutait Janice Deul.

Le retrait de Marieke Lucas Rijneveld

Le soufflet ne redescendant pas, la maison d’édition Meulenhoff a tenté de défendre sa volonté, déclarant : « Le fait qu’Amanda Gorman et son équipe aient immédiatement répondu positivement à notre proposition nous a confirmé que nous avions trouvé la traductrice idéale en Marieke Lucas Rijneveld. » Cette dernière « est attachée aux questions de l’égalité des sexes et de la résilience, et nous reconnaissons en elle la passion et la lutte pour une société inclusive ».

Au final, c’est Marieke Lucas Rijneveld elle-même qui a décidé de jeter l’éponge, le 26 février. « Je suis choquée par le tollé entourant mon implication dans la diffusion du message d’Amanda Gorman et je comprends les gens qui se sentent blessés par le choix de Meulenhoff », a fait savoir l’autrice de 29 ans. La maison d’édition s’est mise en quête d’une autre équipe.

Dorénavant seule la « couleur » ou la « race » importent… Les compétences sont secondaires…

C’est certainement se que l’ on « appelle » le progrès…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.