Les mots et les maux…

le

Ayant constaté chez de très aimables lecteurs un goût amusé pour mes divagations sur les mots de notre époque, j’ai décidé d’enrichir de temps en temps mon catalogue. Voici deux mots stars, sur-médiatisés au point de devenir la caricature de leur sens originel.

Valeurs.

 De tout temps, la présence excessive de vertus héroïques dans des propos ou déclarations incite à une certaine méfiance: ceux qui n’ont que le terme courage à la bouche ne sont pas les plus courageux, ni ceux qui ne jurent que par la vérité, les plus sincères. Même constat pour les parangons de justice, honnêteté, loyauté, fidélité…

Notre société innove un peu: désormais dans le langage courant les vertus revendiquées sont regroupées en « valeurs ». Ensemble, elles constituent le Bien qui est censé nous guider en toutes circonstances. Des entités grandes ou petites – nations, partis, entreprises, syndicats, familles – se réfèrent à des « systèmes de valeurs » qu’elles ont-elles mêmes choisis et qu’il serait donc malséant de discuter. Elles ont été rapidement imitées par le vaste monde commercial: les mutuelles ou les supermarchés les ont intégrés dans leurs slogans publicitaires, tout comme les filières d’alimentation bio, les copropriétés, les clubs sportifs ou les salons de beauté.Ne pas avoir sa propre «charte de valeurs » serait comme ne pas appartenir au vingt et unième siècle. «Il faut respecter nos valeurs » signifie un rappel à l’ordre; «c’est contraire à nos valeurs » un franc rejet. Si d’ailleurs, pour votre malheur, une de ces phrases vous était adressée, attendez-vous au pire: c’est votre personne qui sera mise en cause et vous serez abandonné comme un chiffon sale. L’exécution se fera « au nom de nos valeurs ». Vous aurez alors du mal à vous faire entendre par quelqu’un qui, la main sur le cœur, déclare son hostilité en affirmant par la même occasion sa fidélité à un bouquet de vertus fondamentales. Parmi les exemples récents, la manière dont Le Monde s’est désolidarisé de Xavier Gorce ou dont LCI s’est libéré d’Alain Finkielkraut illustre avec éclat la pratique du licenciement vertueux. Avec le recul, on pourra dire que ce sont des bourdes, de banales erreurs de jugement, aujourd’hui on ne peut que constater l’effet oppressant des vertus militantes.

Résilience.

Paul Claudel, après son séjour d’ambassadeur à Washington, avait noté: «Il y a dans le tempérament américain une qualité que l’on traduit là-bas par le mot resiliency, pour lequel je ne trouve pas en français de correspondant exact, car il unit les idées d’élasticité, de ressort, de ressource et de bonne humeur. »Oh, que c’est bien dit! Presque un siècle plus tard, non seulement la traduction existe, mais le mot traîne partout. J’ai de mes propres oreilles entendu une jeune femme dire en parlant du genre féminin: « Nous autres sommes plus résilientes. » Le terme, qui est longtemps resté dans le langage scientifique pour désigner en physique des matériaux la capacité d’un corps à résister aux chocs et aux de formations, indique maintenant la capacité à rebondir dans l’existence, à s’adapter aux changements et aux coups durs. Boris Cyrulnik l’a popularisé il y a trente ans en l’utilisant à propos des enfants ayant pu et su se reconstruire après de graves chocs traumatiques. Il connaît aujourd’hui un véritable engouement: nos contemporains montrent leurs dons de résilience aussi bien après un attentat ou une prise d’otage qu’à la suite d’un divorce, d’un licenciement ou même d’un déménagement. Consécration suprême, en mars 2020 le président a nommé « opération Résilience » une opération militaire de lutte contre le Covid-19. Et mercredi dernier était présenté en Conseil des ministres le projet de loi issu de la convention citoyenne pour le climat. Intitulé?: «Climat et résilience ». Tout va bien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.