Dingue ! Il neige en hiver !

le

Avons-nous perdu la tête ? Au point de nous émouvoir qu’il fasse froid en février, comme s’il s’agissait d’un terrible fléau venu d’ailleurs ?

À Lille, comme dans le nord de la France actuellement, les températures sont bien en-dessous de 0°.

Impossible d’y échapper ! Échapper à la vague de froid, certes, mais surtout à la vague de commentaires, de reportages, de témoignages, de polémiques, de surenchères qu’elle charrie sur son passage. Incroyable mais vrai : il fait froid, et même il neige en hiver. Et plus encore, cela se vérifie en moyenne chaque année depuis des décennies, c’est en janvier et en février que le thermomètre affiche le plus fréquemment des températures négatives.

Que l’administration, centrale et territoriale, fasse son travail, c’est une évidence et une nécessité. Les voies de communication doivent être sécurisées, les victimes de phénomènes extrêmes secourues et les plus fragiles protégés quand l’hiver se fait plus rude.

Mais une telle situation est-elle si inouïe qu’elle mérite l’ouverture des journaux télévisés, qu’elle suscite des centaines de reportages dans lesquels sont enfoncées des portes ouvertes telles que le fait que, mais oui, il fait notablement plus chaud dans la partie sud de la France qu’au nord de la Loire ? Les commentateurs eux-mêmes, ce mardi soir, convenaient qu’on est encore loin d’atteindre des records. Mais cela n’interdit pas, semble-t-il, d’en faire des tonnes comme s’il s’agissait de la fin du monde.

Le froid, sujet politique

À l’Assemblée nationale aussi, ce mardi, la météo s’est invitée dans les débats. Il est indispensable, clament certains élus, de déclencher le plan « grand froid » dans leur circonscription. Sûrement, mais il n’est pas certain qu’un tel sujet mérite débat, dans un pays secoué par une crise multiforme, sanitaire mais aussi économique, sociale, sécuritaire, environnementale.

Jean-Luc Mélenchon n’a pas été le dernier à s’engouffrer dans la brèche ouverte par le vortex polaire : « Nous l’avons tous constaté, le froid de l’hiver s’aggrave, dit-il avec componction à l’adresse du Premier ministre. Le froid, vous vous en doutez, est aussi une calamité sociale. Les pauvres gens vont souffrir davantage encore. » Le patron de La France insoumise demande la réquisition des logements vides, s’indigne des passoires thermiques, réclame « l’attribution gratuite des premiers mètres cubes de gaz et celle des premiers kilowatts d’électricité. Pour lui, « le froid est un ennemi mortel ». Jean Castex lui répond sur le même ton, celui du recueillement, voire de l’affliction.

Il faut, bien entendu, faire preuve de solidarité à l’endroit des plus démunis quand il fait très froid. C’est le rôle d’un État moderne et cela va de soi. Mais il convient aussi de ne pas ajouter de l’anxiété à l’anxiété. Le froid polaire disparaîtra bien avant le virus et ses imprévisibles variants !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.