Ectoplasme…

le

Ectoplasme, mon ami ….

Un jeune Américain a mis au point un projecteur d’hologrammes capable de fonctionner en journée.

Depuis longtemps, les hologrammes ont quitté le monde de Star Wars et de la science-fiction. On connaît maintenant les concerts un peu gênants qui ressuscitent des chanteurs morts à l’aide de la technologie. Des hologrammes, c’est-à-dire des spectres, des entités ectoplasmiques, à qui il serait difficile de serrer la main et qui se soucient peu d’une bonne gifle. Pour n’importe quel humain né avant les années 1950, il n’y aurait pas d’autres explications que le surgissement d’un fantôme. Mais l’humain moderne du XXIe siècle n’est plus dupe, et ce genre d’apparitions ne suscite en lui ni terreur ni spéculations sur la vie après la mort. C’est une simple image de plus dans l’attirail du divertissement. Freddie Mercury, Michael Jackson ou Edith Piaf ont déjà profité de ce come-back inespéré.

Hologramme Michael Jackson

Mais ces esprits étaient jusqu’à présent condamnés, comme dans un vieux film d’épouvante, à n’apparaître qu’à la nuit tombée – les images holographiques ne fonctionnant que dans la pénombre. Comme des gamins le jour de Noël qui, pour tester leur jouet lumineux, ferment les rideaux de la chambre et colmatent avec une couverture le bas de la porte. Inutile, désormais. Taylor Scott, génie américain de 28 ans, a mis au point, via sa société Ikin, un hologramme visible à midi comme à minuit. Mieux : l’appareil est miniaturisé et tient sur un smartphone.

L’invention a été présentée au dernier CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas. Ainsi, son gadget permet de projeter une image en 3D à partir d’une simple vidéo. On voit par exemple une petite maison se dessiner dans l’espace, juste au-dessus de son téléphone. On peut même s’en saisir et la faire tourner d’une pichenette pour faire, à grande vitesse, le tour du propriétaire. Évidemment, la fonction téléphone reste disponible – c’est la moindre des choses. Mais cette fois, l’interlocuteur mesure une dizaine de centimètres et se tient debout sur l’écran, le nez en l’air, pour converser avec vous.

Les nouvelles technologies vont trop vite. On n’attendait déjà pas de sitôt les appels visio ni les foules qui déambulent, yeux rivés sur le portable, se bousculant faute d’attention. Maintenant, on va assister aux conversations holographiques. Dans le bus ou le métro, on se fera rabrouer par son voisin, en s’asseyant à côté de lui : « Vous ne voyez pas que la place est prise, enfin ! » Et effectivement, on devra bredouiller des excuses en constatant qu’un autre voisin, virtuel celui-là, s’était tranquillement installé à ses côtés pour bavarder plus à son aise. On convoquera les collègues dans son salon pour les réunions. Chacun sa place. Être là sans y être, ce sera la nouvelle tendance. Idéal contre les virus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.