La mort de la « Liberté »…

le

Paru dans Le Monde et daté du 20 janvier, le dessin porte le titre « Dernière escale ». Celui-ci représente deux pingouins. L’un dit à l’autre : « Vous avez votre passeport sanitaire d’humour ? » Ces pingouins sont la marque de fabrique de leur auteur, Xavier Gorce. Au moment de publier ce dessin, il a pris sa décision : il quitte le journal.

La veille, le précédent est intitulé : « Repères familiaux ».

Une petite fille pingouin demande à un grand : « Si j’ai été abusée par le demi-frère adoptif de la compagne de mon père transgenre devenu ma mère, est-ce un inceste ? » Le propre de l’humour, c’est le second degré. Peut-il exister quand le public – ou ce qui passe pour tel – ne sait plus lire qu’au premier degré ? « Repères familiaux » déclenche une tempête sur les réseaux sociaux. À ce point que la nouvelle directrice du journal, Caroline Monnot, estime nécessaire de publier un communiqué d’excuses appuyées vis-à-vis des « personnes transgenres », en ajoutant que « ce dessin peut en effet être lu comme une relativisation de la gravité des faits d’Inceste... » Le dessinateur n’ayant pas été informe de sa condamnation, il met fin à sa collaboration au journal, laquelle remonte à 2002.

 Xavier Gorce a-t-il pressenti un tel dénouement ? Sous le titre « Sapidité de résistance », un de ses pingouins dit, le 3 décembre dernier : « Qu’est-ce qui vous empêche de faire des dessins responsables parfaitement sans impact et totalement insipides ? » A qui s’adresse-t-il alors ? Caroline Monnot n’est pas encore la directrice du journal qu’elle sera un mois plus tard. Gorce continue : le 31 décembre, il fait dire à l’un de ses pingouins : « Je vous souhaiterais bien une bonne année, comme l’année dernière, mais vous allez mal le prendre… » Là franchement, on aurait abusé en donnant à la phrase un double sens ! Mais tout peut être retourné. Après l’attaque groupée de ses internautes contre le dessin de Gorce, Le Monde va tout de même publier d’autres remarques de lecteurs. « On a le droit de se moquer des curés, des imams, mais pas des transgenres, » écrit l’un. L’autre : l’écriture « Inclusive et bienveillante » est bienvenue au point de devenir « inodore et insipide ». Un troisième : le « groupe de pression » qui a décidé d’imposer sa manière de voir au Monde va-t-obtenir, comme au New York Times, la suppression des dessins ? À Charlie Hebdo, Riss, solidaire de Gorce, comme l’est Plantu (qui va prendre sa retraite), a une réplique définitive pour préserver sa liberté :« Les réseaux sociaux, je ne les consulte pas ». Ni au premier degré ni au second.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.