Les conclusions du Bureau enquêtes accidents .

le

Crash des hélicoptères français au Mali : la faute à une mauvaise communication.

Fin 2019, la collision de deux hélicoptères français au Mali avait tué 13 soldats. Le BEA pour la sécurité de l’aéronautique d’État a publié son rapport samedi 30 janvier : l’accident est lié à une communication défaillante au cours de l’opération.

Cougar AS532

Les conclusions du Bureau enquêtes accidents pour la sécurité de l’aéronautique d’État (BEA-E) étaient très attendues. Treize militaires étaient morts dans le crash nocturne de deux hélicoptères au Mali le 25 novembre 2019. Le rapport, relayé par France Bleu, révèle « des facteurs organisationnels et humains » comme seules causes du drame alors que le chef d’état-major des armées, François Lecointre, n’imaginait pas que le groupe terroriste État islamique puisse ne pas être impliqué. « Ce n’est pas qu’un accident ou une collision, mais un accident qui se produit lors d’une opération de combats. Ce n’est pas un simple accident », avait affirmé le gradé après la collision entre les appareils Tigre et Cougar, rappelle France Bleu.

Pour les enquêteurs, il s’agit toutefois d’un accident dû à une somme d’erreurs alors que la sécurité dans ce type d’opération « repose principalement sur la coordination des aéronefs et donc la communication », insiste le rapport. Or, « l’abordage n’a pu être évité, car les équipages des hélicoptères n’ont pas détecté la présence de l’autre aéronef. Leurs consciences respectives de la situation étaient erronées. »

Tigre EC665

Les experts du BEA-E pointent notamment « une absence de briefing de sécurité commun à l’ensemble des intervenants, qu’il soit générique ou effectué en conduite, des omissions de messages de sécurité ou une utilisation d’un canal auquel l’ensemble des intervenants n’a pas accès ». « La multiplicité des canaux de communication et la complexité de la mission ont augmenté la charge mentale de travail des équipages. De nombreux messages se superposent et ne sont pas entendus par leurs destinataires », indique le rapport.

Alors que les commandos traquaient un groupe de terroristes au sol et qu’il faisait nuit noire, un appareil Tigre a amorcé une descente pour se rapprocher du sol, sans communiquer son intention tandis que l’autre appareil, le Cougar, « orbitait sur la zone d’action sans annonce radio pour signaler ce mouvement ». Ne s’étant pas vus au préalable, et n’ayant pas communiqué leurs positions et actions, les deux hélicoptères n’ont pu s’éviter.

Là il y a tout: mauvais chefs (impréparation) et matériel out !

Ramenez-les! Et fournissez du matériel adhoc! Ils ne peuvent pas combattre dans des « boites à chaussures » avec des lance-pierres de la guerre d’Indochine!

Depuis 40 ans les budgets militaires fondent (comme pour les hôpitaux).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.