Les primes de non-accident…

le

Les psychiatres ont raison de s’inquiéter pour les esprits fragiles. Ils recommandent un sursaut d’énergie afin de s’arracher aux écrans lors des couvre-feux solitaires. Passer des heures devant LCI et un plateau-repas serait très mauvais pour l’équilibre psychique. Moi, j’ai fait ce qu’il faut. J’ai éteint la télé et me suis offert deux bonnes soirées de distraction : j’ai lu crayon à la main les 142 pages (annexes comprises) du rapport de la Cour des comptes sur la gestion RH de la RATP.

Il y a un glossaire à la fin pour ne pas se perdre, enseveli par une avalanche d’acronymes : Epic, GPEC, CSE, IRP, CCNTU, CET, RTT (le seul que je connaissais), TS, SMPT… mais ça va, on y arrive avec un peu d’application.

Le rapport porte sur les années 2011-2018 avec quelques points d’actualisation pour l’année 2019. Il ne comprend ni les périodes relatives aux grèves liées au projet de loi autour du système universel de retraites, ni celles plombées par la crise sanitaire. C’est un travail de longue haleine et on voit bien que les énarques de la CDC (j’acronymise moi aussi) ont consacré des mois à cette étude minutieuse. Les passages les plus passionnants se situent au milieu, entre la page 61 et la page 71 : le chapitre consacré aux primes pour les agents de la RATP.

Les rédacteurs ont choisi un style équilibré, alternant le respect (« un système complexe hérité de l’Histoire ») et le doute (« on ne saisit pas la cohérence de l’ensemble »). Il est reconnu qu’en rhétorique ce registre pince-sans-rire donne de très bons résultats. La CDC y va à fond, elle épluche le document de référence, sobrement appelé IG436, lequel liste 143 primes ; il faut en rajouter 125, identifiées en annexe, et 43 autres, mystérieusement apparues sur les fiches de paie sans être cataloguées.

Finalement il s’agirait plutôt de 311 primes qui sont calculées tous les mois par une équipe dédiée de la RH sur la base de 1 900 taux différents. Pour un coût total de 344 millions d’euros versés en 2018. Le rapport souligne qu’il s’agit souvent de quelques euros ou même de quelques centimes, mais qu’elles sont distribuées sur la base « de calculs très fins ». On sent ici l’admiration d’institution à institution.

Quelques articles dans la presse se sont moqués des primes pour capture de souris (3,50 euros), pour « travail sur machine à écrire » (2,50 euros) ou pour « usure anormale de chaussures » (20 centimes l’heure). Je pense qu’ils sont passés à côté d’une prime dont l’intitulé est vraiment de toute beauté, une vraie médaille à l’intrépidité des agents : c’est la « prime au sang-froid ». Les rédacteurs ne savent pas trop la décrire dans sa complexité, étant donné qu’elle regroupe 57 cas de figure. Ainsi, empêcher une personne de se jeter sur la voie pendant que le métro arrive est récompensé par une prime entre 6 et 64 euros ; ne me demandez pourquoi tant d’écart entre le candidat suicidaire à 6 euros et celui qui vaut dix fois plus, même la CDC n’en a aucune idée. Je pourrais continuer : les soudeurs reçoivent une prime à l’acte pour réaliser des soudures, les conducteurs de métro et RER une prime pour les manœuvres de gare (7 euros annuels).

Les plus intéressantes poétiquement sont les primes dont la définition est précédée par l’adverbe négatif, comme la « prime de non-accident » que la CDC commente ainsi : « elle est très complexe à comptabiliser ».Ou celle – ma préférée –de « non-perte d’outillage ».Elle récompense les agents qui n’ont pas perdu leurs outils pendant les heures de travail et elle est bien notée par les rédacteurs du rapport : depuis qu’elle existe, les disparitions de clés à molette, perceuses et tournevis ont nettement diminué.

L’IG436, ce gros document-bible des RH de la RATP, semble parfois inspiré par la fantaisie de Lewis Carroll, qui racontait les aventures d’Alice entourée de souriants animaux fantômes et fêtant de joyeux non-anniversaires. Quant au rapport de la CDC, il est en ligne. Si vous aimez les distractions insolites, vous aurez ce qu’il vous faut en deux clics.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.