Paris : un adolescent lynché sur la dalle Beaugrenelle…Paris XVe

Yuriy, élève en classe de 3e, a été passé à tabac vendredi dernier dans le 15e arrondissement de la capitale par une dizaine d’individus alors qu’il sortait de son collège. Il est toujours dans un coma artificiel.

Ce jeudi 21 janvier 2021, Yuriy fête ses 15 ans… sur son lit d’hôpital. Vendredi dernier, cet adolescent scolarisé en 3e au collège Guillaume Apollinaire avenue Émile Zola dans le 15e arrondissement a été frappé par une dizaine d’individus peu après la sortie des cours. 

« Yuriy était avec des copains sur la dalle Beaugrenelle après les cours, il était entre 17 h et 18h »,relate son cousin Petro joint par LCI ce jeudi. « Une bande d’individus est arrivée, apparemment de Vanves. Elle cherchait apparemment des jeunes du quartier. Une histoire de bandes rivales, semble-t-il. Ils ont dû se dire que Yuriy faisait partie des personnes qu’ils recherchaient. Et quand mon cousin a voulu partir en courant, il est tombé au sol et là, ils l’ont tabassé. Je ne crois vraiment pas que Yuriy soit d’une quelconque manière mêlé à ce genre d’histoire. » 

Alertés par des témoins, les policiers et les pompiers sont rapidement arrivés sur place. Les agresseurs avaient déjà pris la fuite. La victime, elle était toujours au sol. Pris en charge par les secours, Yuriy a été admis à l’hôpital en urgence à l’hôpital Necker. « Quand je l’ai vu dans le camion de pompiers, il avait le crâne ouvert à plusieurs endroits, c’était vraiment horrible. Ils l’ont agressé avec des barres de fer et des béquilles. Il m’a dit qu’il ne connaissait pas les individus, qu’il avait mal, qu’il avait froid et qu’il ne voulait pas mourir », raconte Nataliya, la mère de Yuriy à nos confrères d’Actu.fr.

Mère de deux autres petites filles, la maman de Yuriy, d’origine ukrainienne, a porté plainte et contacté l’ambassade d’Ukraine en France pour l’informer du drame.

Son pronostic vital n’est plus engagé.

Selon la famille de Yuriy, le pronostic vital de l’adolescent a été engagé dans un premier temps mais ne l’est plus aujourd’hui. « Il est dans un coma artificiel », poursuit son cousin Petro. « Les médecins espèrent l’en sortir progressivement. Bien sûr, il n’a pas été encore entendu par la police. J’imagine que certains de ses camarades l’ont été après les faits. Mais malheureusement, plusieurs jeunes ont apparemment peur de parler, redoutant des représailles. » 

Le 3e district de la police judiciaire est chargé des investigations mais n’a toujours pas mis la main sur les agresseurs du jeune garçon. Des images de vidéosurveillance ont été saisies et visionnées pour tenter de les identifier.

La famille de Yuriy, elle, se démène depuis près d’une semaine maintenant pour tenter de trouver des témoins. « Nous avons lancé plusieurs appels sur les réseaux sociaux, Twitter, Facebook… »,détaille Petro. La mère de Yuriy, elle, a même créé un compte Instagram dédié à la recherche de témoignages. 

Pour les proches du jeune garçon, il faut que « justice soit faite ». « Nous espérons que nos appels à témoins, non officiels certes mais utiles, porteront leur fruit. Pour nous, il est impossible qu’aujourd’hui ce genre de faits restent impunis. Nous voulons pour Yuriy et pour les autres victimes potentielles de ces crimes que les agresseurs soient identifiés jugés et condamnés », conclut le cousin du collégien.

Toute personne pouvant apporter des éléments à l’enquête peut contacter la police en composant le 17.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.