La mer en Auvergne…

le

La chaîne des Puys.

C’est un phénomène spectaculaire que les Clermontois habitués aux balades en montagne connaissent bien. En ce moment, il suffit parfois de grimper un peu, juste quelques kilomètres vers la chaîne des Puys ou le Sancy, pour sortir de la grisaille.

On émerge au soleil, au-dessus d’une mer de nuages qui bouleverse ce que l’on connaissait du paysage.

Le Sancy.

« En général, cela marque une inversion de température », précise le météorologiste Alexandre Letort, dont les webcams perchées çà et là livrent en direct les paysages de l’au-dessus.

L’hiver est plus propice au phénomène du fait d’un ensoleillement plus court. Le soleil n’a pas le temps de réchauffer l’air froid et humide (plus lourd) qui se retrouve piégé en fond de vallées et dans les creux topographiques.

Super Besse au-dessus de la mer .

Sans vent, ceux-là restent d’ailleurs très froids jusque vers 800 à 1.000 mètres.

Près du sol, plusieurs phénomènes entrent en jeu

Différents phénomènes entrent en jeu pour expliquer les brouillards et nuages qui peuvent persister toute la journée.

La condensation liée au froid nocturne provoque la formation de nuages qui restent plaqués au sol, notamment sur les Limagnes. Mais en plus, en hiver, des flux de Nord/Est amènent aussi les nuages bas présents sur l’Est de la France jusqu’aux reliefs auvergnats, qui les bloquent.

Enfin l’air sec du dessus tend à redescendre en plaquant près du sol une couche plus chargée en particules fines et autres polluants. Bref, deux masses d’air très différentes viennent à se rencontrer.

L’hiver est plus propice au phénomène du fait d’un ensoleillement plus court.

« Quand on réunit de l’air chaud et de l’air froid, ça ne fait pas de l’air tiède », taquine le météorologiste.

Cela provoque une délimitation qui devient visible avec les nuages : cette véritable « mer de nuages » dont l’épaisseur peut varier de 100 à quelques centaines de mètres.

La mer…

De nombreux facteurs peuvent faire évoluer son altitude et son positionnement. Mais au-dessus, le rayonnement nocturne (accentué par la neige au sol) se traduit aussi par des inversions de températures parfois spectaculaires.

Sur les sommets ensoleillés en journée, les températures deviennent parfois moins froides qu’en plaine, alors qu’elles varient peu sous la mer de nuage. Et l’air y est limpide : on peut apercevoir jusqu’au Forez et même parfois les Alpes !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.