L’intendance ne suivra pas…

le

Il y a comme cela des expressions françaises à jamais scellées dans nos mémoires. Attribuées à nos grands hommes, souvent à leur corps défendant, elles ont contribué à figer l’image-cliché du Français peu sensible aux contraintes du réel, arrogant et fanfaron, tel qu’il est caricaturé par les étrangers.

Citons-en deux parmi les plus célèbres : « impossible n’est pas français », que Napoléon aurait assenée à ses hommes épuisés, et « l’intendance suivra », que le général de Gaulle a toujours nié avoir prononcée. Qu’importe après tout l’authenticité, elles font partie désormais de l’identité française et accompagnent l’image du Gaulois intrépide qui va de l’avant en ne suivant que l’inspiration du moment.

Cela fait dix jours que des éditoriaux s’appliquent à commenter l’agacement évident du professeur Alain Fischer, coordinateur en chef de la stratégie vaccinale, quand on l’interroge sur la lenteur des opérations. Ses interventions publiques, étrangement douces et déprimantes, ont été interprétées comme des versions maladroites de « l’intendance suivra ». Une désinvolture de grand savant par rapport à la logistique, traitée comme un problème annexe, que quelqu’un devra tôt ou tard régler, sans toutefois déranger le chef.

Cela fait dix jours aussi que l’on essaie d’interpréter la colère du Président constatant les « lenteurs injustifiées » et les cafouillages en nombre. Certes, Machiavel a théorisé l’exercice du pouvoir en deux temps : en cas de crise et de grogne populaire, le Prince impose tout d’abord à ses sujets des commandants peu efficaces, trop faibles ou trop brutaux, pour ensuite reprendre la main et rétablir d’autorité l’ordre et la justice. Mais rien – sauf un mauvais esprit potache – n’autorise aujourd’hui à conclure que notre président s’inspire du théoricien florentin.

Je ne veux pas me donner le ridicule de faire l’éloge de la logistique, socle de toute stratégie militaire, commerciale, industrielle. Mais, tout de même, quelqu’un pourrait-il rappeler à nos responsables de coordinations diverses que sans elle aucune idée ne peut se transformer en action ? La logistique est une science faite de mathématiques et d’imagination. L’une et l’autre, solidement imbriquées. Il est impossible à tout citoyen de comprendre qu’elle ne fasse pas partie d’un seul discours, dans la bouche d’un seul homme.

Qu’est-il arrivé au pays de Pascal et de Pasteur, de Buffon et des Curie ? On a l’impression d’assister à un désinvestissement progressif de tout ce qui relève d’une démarche « scientifique », ancrée dans une méthode et dans la raison. Même les études de sciences dures sont aujourd’hui désâmées, elles n’ont plus la cote dans le classement des rêves. Ceux qui se consacrent à la recherche en France risquent d’ailleurs une double punition : d’injustes difficultés de parcours doublées souvent de la nécessité de s’exiler dans des instituts et laboratoires étrangers.

Au fond tout est probablement lié, ce désamour envers les sciences et le goût des parlotes exaspérantes, les prophéties collapsologues et l’invasion bureaucratique, l’obsession complotiste et l’affaiblissement de l’idée de démocratie. Sans compter l’effondrement de l’éducation publique. Il y a un mois tombaient les résultats du classement Timss, qui évalue les performances en mathématiques des élèves de primaire et collège : la France est en chute libre depuis trente ans, elle est désormais la dernière en Europe et l’avant-dernière de l’OCDE. Ce constat m’a paru une des nouvelles les plus tristes de cette période pas drôle.

L’imaginaire national semble donc avoir trouvé des gratifications plus chatoyantes dans les lettres ou dans la sociologie. Tous poètes, tous philosophes. Une situation d’auteur-créateur, sociologue ou commentateur toutologue est socialement plus valorisante. On cause, on cause, l’intendance ne suivra pas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.