Fouilles à l’aéroport d’Aulnat.

le

La sépulture d’un enfant, datée d’il y a deux mille ans, a été découverte sur le site de l’aéroport Clermont Auvergne, à Aulnat (Puy-de-Dôme), où sont actuellement menées des fouilles archéologiques préventives.

Les fouilles préventives menées depuis le mois de novembre par une équipe d’archéologues de l’Inrap, sur le site de l’aéroport de Clermont-Ferrand Auvergne, à Aulnat, ont permis de réaliser une découverte qualifiée d’exceptionnelle. Il s’agit d’une sépulture abritant un enfant décédé vers l’âge d’un an et inhumé au début du Ier siècle. Il y a deux mille ans !

Une vingtaine de poteries.

Trois semaines de travail méticuleux, rien que pour cette tombe, ont été nécessaires à l’équipe que dirige Laurence Lautier sur le terrain. Car la fosse de deux mètres de long a révélé bien des surprises.

La sépulture date de l’époque augusto-tibérienne, soit le début du Ier siècle de notre ère

« Nous avons trouvé un mobilier très intéressant par la quantité et par la qualité », détaille la spécialiste. De nombreux clous et une plaque de fer ornementale permettent de deviner la présence d’un cercueil en bois de 80 cm dans lequel le corps reposait. Tout autour, une vingtaine de récipients, très bien conservés.

Sébastien Gaime et Laurence Lautier, de l’Inrap, dévoilent les vases et sigillés découverts dans la tombe


Des poteries très bien conservées ont été découvertes.

« Ils contenaient la part de nourriture et boissons destinées au défunt lors du banquet funéraire, pour lequel avaient également été fournies de nombreuses pièces de boucherie : un demi-cochon, trois jambons, d’autres portions de porc et deux poules décapitées. »

Des objets émouvants.

Les archéologues ont également mis au jour des vases qui pouvaient contenir des produits cosmétiques ou médicinaux, des effets personnels comme une fibule en alliage cuivreux ou encore un cerceau de fer accompagné d’une tige coudée qui font penser à un jouet. Un chiot qui portait un collier cerclé d’appliques en bronze et muni d’une clochette était inhumé aux pieds du défunt.

Enfin, détail encore plus émouvant, une dent de lait perdue par un enfant plus âgé, peut-être la sœur ou le frère du défunt, reposait sur un fragment de coquillage. Cette sépulture est loin d’avoir livré tous ses secrets même si l’on peut déjà affirmer que les poteries ont été fabriquées à Lezoux, important site de production à l’époque gallo-romaine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.