« 2020, l’année où l’État a sombré».

le

La campagne vaccinale le montre à nouveau, « l’Etat n’a rien d’un stratège, c’est un troufion trop lourdement harnaché, qui court péniblement après la bataille, dirigé par une pléthore d’officiers jamais frottés au terrain, sûrs de leurs certitudes et trop fiers pour s’interroger sur les raisons de leur déroute »

Bien qu’artificiel, le passage d’une année à l’autre est l’occasion d’un bilan rétrospectif. À ce titre, la conclusion de 2020 s’impose : l’année a été une débâcle pour l’État.

La parole publique, d’abord, a été considérablement affaiblie. De la fable sur les masques à la gestion calamiteuse de la stratégie vaccinale, la crise de la Covid a dangereusement abîmé la crédibilité de l’État, continuant de creuser une faille béante de défiance entre les citoyens et leurs gouvernants.

Les derniers jours l’illustrent : à supposer que les choix faits pour la distribution des vaccins soient bons (ce qui est contesté), la communication qui les a entourés est un fiasco. Pas une information précise qui permette aux Français, même les plus à risque, de comprendre si et quand ils seront vaccinés. Pas un message clair qui justifierait le retard de la France sur ses homologues : les représentants du gouvernement avancent des raisons sans cesse différentes, voire divergentes (les doses manquent ; la logistique ne suit pas ; les Français y sont hostiles ; le produit est mal connu). Dans l’opinion, le doute se diffuse et une impression d’impréparation coupable ressort, face à ce qui était pourtant attendu par tous.

Cette déficience n’est pas unique. Certes, la France peut se targuer d’avoir des services publics généreux et de qualité, mais ce résultat est contrasté : la police ne cesse de crier sa colère, l’hôpital public est épuisé, l’Éducation nationale – qui produit les élèves les plus médiocres de l’OCDE en mathématiques – peine à transmettre les valeurs républicaines et à permettre l’égalité. Ces piètres performances sont d’autant plus honteuses que la France détient le record des dépenses publiques les plus hautes. Elles sont d’autant plus inacceptables que leurs victimes sont les Français les plus vulnérables.

« Indice de réparabilité ». 

L’autorité publique, ensuite, est remise en cause, par son impuissance et ses excès. Menaçant sur le respect du couvre-feu, l’État laisse se dérouler une fête géante, montrant à tous sa défaillance à faire respecter l’ordre – pourtant sa mission première. Dans le même temps, il ne cesse de produire normes absconses et contrôles tatillons : 242 textes ont été publiés au Journal officiel du 31 décembre, dont un arrêté sur l’immatriculation des vélos qui précise les six « différents statuts du cycle » et d’autres relatifs aux « critères, sous-critères et au système de notation pour le calcul et l’affichage de l’indice de réparabilité » de différents produits comme trois catégories de tondeuses électriques, « filaire », « batteries » et « robot ». Même un caricaturiste n’oserait pas.

Début 2021, l’État se présente tel qu’il a progressivement sombré : obèse mais impuissant, impuissant car obèse. Il n’a rien d’un stratège, c’est un troufion trop lourdement harnaché, qui court péniblement après la bataille, dirigé par une pléthore d’officiers jamais frottés au terrain, sûrs de leurs certitudes et trop fiers pour s’interroger sur les raisons de leur déroute, investissant dans l’arbitraire ce qu’ils ont perdu d’aptitude à concevoir le combat.

S’il perd son crédit en matière d’action et fragilise son aura symbolique, l’État risque de se trouver en péril. Dans un pays comme le nôtre, où il est le socle de l’unité nationale et de la démocratie, ce constat devrait être source des plus vives inquiétudes car il semble illusoire de considérer que cela ne se reflétera pas dans les prochaines échéances électorales.

Erwan Le Noan est partner du cabinet de conseil Altermind, membre du conseil scientifique de la Fondapol. Retrouvez sa chronique tous les dimanches sur lopinion.fr et le lundi dans l’édition papier du journal.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.