La fabrique de … « gogol »…

le

Notre cerveau : zone de combats 

Dire qu’il y a quelque chose de possiblement mortifère dans ces circuits du plaisir n’a rien d’exagéré. Et ce qui est vrai pour le rat ne l’est pas moins pour l’humain. En effet, nos circuits de récompense à court terme peuvent rapidement prendre possession de notre esprit. Le terme est un peu fort mais il a une traduction physiologique très concrète : la production de dopamine accompagnant la jouissance à court terme a tendance à donner un avantage décisif aux régions postérieures du cerveau (comme l’amygdale ou l’hippocampe) plutôt qu’au cortex préfrontal, qui régit les préférences de long terme et lutte contre certaines de nos intempérances. Cette lutte entre le court-termisme vorace et nos capacités de pondération se joue en partie dans le nucleus accumbens, un ensemble de neurones situés au cœur de notre cerveau, dans la zone corticale prosencéphalique. Cette zone joue un rôle important dans notre système de récompense et toutes formes d’accoutumance. Si le niveau de dopamine est durablement élevé dans le nucleus accumbens, en raison par exemple de stimulations répétées de phénomènes agréables/jouissifs, les connexions le reliant à l’hippocampe se renforcent et cela instaure un cercle vicieux qui relève de l’addiction. Chez l’homme, ce circuit de récompense préside à des sources de plaisirs très variés : consommation de drogue ou de nourriture, écoute d’un morceau de musique ou encore validation d’un contenu sur les réseaux sociaux. Ces circuits ne réagissent pas qu’aux récompenses effectives, ils sont également sensibles à la probabilité ou à la promesse de récompenses : plus ces récompenses se rapprochent ou paraissent possibles, plus l’activité des réseaux dopaminergiques s’intensifie. Une étude de neuropharmacologie a même révélé que le cerveau des cocaïnomanes produisait de la dopamine lorsqu’on leur montrait des images ou des vidéos du secteur où ils se fournissent en drogue ! 

Le coup du marshmallow 

Cette capacité à résister à des tentations du court terme a été illustrée par une expérience célèbre menée par Walter Mischel, de l’université Stanford. Une friandise (un marshmallow) était proposée à un enfant de maternelle. Avant que l’expérience ne commence, on lui indiquait que, s’il attendait quelques minutes avant de manger ce bonbon, il lui en serait offert un deuxième. L’enfant était laissé seul face à son dilemme, observé derrière un miroir sans tain par les chercheurs. Entre 1969 et 1974, ce ne sont pas moins de 550 bambins qui ont été confrontés au test du marshmallow. Il s’agissait d’établir une mesure du contrôle de soi : être capable de différer un plaisir à court terme pour obtenir un bénéfice supérieur à moyen terme. Cette aptitude à résister au plaisir à court terme lorsqu’il en est de notre intérêt n’est pas sans rapport avec le fait que la dérégulation du marché de l’information permet des sollicitations incessantes dont nous avons vu qu’elles s’immiscent facilement dans la physiologie de nos addictions. Moins de la moitié des enfants passèrent avec succès le test du marshmallow. 

Le gorille invisible 

Deux psychologues de l’université de Harvard, Christopher Chabris et Daniel Simons, ont filmé une scène apparemment banale : une équipe d’individus vêtus de tee-shirts blancs et une autre arborant des tee-shirts noirs se faisant des passes avec un ballon de basket. Les deux psychologues ont demandé à des sujets volontaires de visionner le film et de compter le nombre de passes que l’équipe blanche effectuait. La bonne réponse était : 35 passes, mais cela n’avait aucune importance. En réalité, pendant ce film surgissait un drôle de personnage – une étudiante vêtue d’un costume de gorille – qui se faufilait quelques instants entre les joueurs, faisant face à la caméra et se frappant la poitrine. Le plus incroyable, et c’était le but de l’expérience, c’est que la moitié des participants n’ont pas vu le gorille. […] Tout à leur concentration de réaliser convenablement la tâche qui leur était confiée, ils se montraient aveugles à cet événement pourtant surprenant – et qui durait neuf secondes – du surgissement d’un gorille au beau milieu de l’expérience. Non moins intéressants sont les résultats obtenus par Daniel Levin et Bonnie Angelone (2008), deux autres professeurs de psychologie qui ont voulu tester le sentiment que cette expérience inspirait à leurs étudiants. On leur décrivait en détail le protocole expérimental et on leur demandait s’ils pensaient qu’ils auraient vu le gorille. Pourtant initiés par leurs cours à la question de la cécité partielle de notre attention, ces étudiants furent 90 % à déclarer qu’eux auraient vu le gorille ! Nous sommes donc beaucoup trop optimistes quant à notre capacité à résister à ces phénomènes de tunnel attentionnel. Aveugles aux évidences et inconscients de notre cécité, telle est notre condition mentale dans certaines circonstances. 

La lutte des clashs 

Notre capacité à nous indigner peut faire de nous les dupes de toute forme de manipulation, y compris commerciale. Ainsi, en 2014, à l’approche de la Coupe du monde de football, le site de paris en ligne Paddy Power a-t-il fait croire – photo truquée à l’appui – qu’il avait fait couper de nombreux arbres de la forêt amazonienne pour qu’un message d’encouragement à l’équipe d’Angleterre soit visible du ciel. Comme on pouvait s’y attendre, le message a suscité l’indignation : comment pouvait-on se livrer à de tels enfantillages publicitaires quand cette forêt est le poumon de la planète à l’heure du réchauffement climatique ? La marque a laissé sereinement cette indignation enflammer les réseaux sociaux, excitant même la fureur morale en tweetant : « Nous n’avons pas coupé tant d’arbres que cela. » Une fois le sommet de la colère atteint, elle a fait savoir que cette photo n’était qu’un montage en dévoilant le making-of de toute l’affaire. L’astuce suprême a consisté à livrer un message conjointement à Greenpeace : « Tout le monde est devenu fou dans cette affaire, mais toutes les quatre-vingt-dix minutes on coupe un nombre d’arbres qui correspond à 122 terrains de football et personne n’en a rien à faire. » Cette indignation collective contrôlée a offert au site de paris en ligne une visibilité inespérée peu avant le plus grand événement sportif de la planète. 

La gifle de Manuel Valls 

Lorsque Manuel Valls a été giflé lors de la campagne des primaires de la gauche en 2017, bien que cet événement n’ait eu aucun sens politique déterminant, il a tourné en boucle et a suscité des millions de vues sur les plateformes de vidéos en ligne. On pourrait en dire autant de mille micro-incidents qui peuvent être rapportés de près ou de loin à des expressions de conflictualité. Malgré nos dénis, ces incidents nous intéressent : quelque chose en nous oriente notre disponibilité mentale vers eux. 

Comme le montre le graphique (ci-dessus), de tous les événements qui ont ponctué la carrière de Manuel Valls, qui fut – faut-il le rappeler ? – Premier ministre de la France, c’est cette gifle qui a suscité le plus de demandes d’information sur Internet. Faut-il rappeler également qu’il était chef du gouvernement lors des terribles attentats contre Charlie Hebdo et ceux du 13 novembre ? Et, entre tous les événements historiques que cet homme politique a eu à gérer, ce serait donc ce soufflet qui aurait mérité le plus notre attention ? 

La peur au ventre 

D’autres types de récits performatifs peuvent – au sens littéral – empoisonner les esprits. Ainsi les symptômes d’électrosensibilité sont-ils considérés par l’orthodoxie de la science comme relevant du domaine du psychosomatique. Il demeure qu’ils se muent en souffrance réelle pour ceux qui ont endossé ces récits sous forme de croyances. En effet, comme le montre une étude réalisée par des neuroscientifiques au moyen de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, les personnes se déclarant sensibles aux ondes réagissent significativement plus que les autres à une exposition fictive par une modulation spécifique de l’activité du cortex cingulaire antérieur et du cortex insulaire. En d’autres termes, le fait d’avoir endossé le récit d’une hypersensibilité à la présence d’ondes stimule ce que les spécialistes nomment une « neuromatrice de la douleur ». De la même façon, des psychologues ont montré que le fait d’être exposé à un reportage télévisé sur les effets néfastes des champs électromagnétiques sur la santé provoquait non seulement un sentiment d’anxiété, mais encore une augmentation de la perception déclarée d’une stimulation Wi-Fi fictive ! Les récits anxiogènes ne sont donc pas toujours sans effets et, dans ce domaine, le proverbe « Mieux vaut prévenir que guérir » n’est pas aussi sage qu’il y paraît. 

Self-sévices 

Le résultat d’une étude menée par des psychologues dans le domaine du sport permet de préciser les enjeux de notre situation contemporaine. Ces chercheurs ont étudié les réactions émotionnelles des participants aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992 (1), en particulier de ceux qui sont montés sur le podium. Leur découverte ne devrait plus nous étonner à présent mais elle demeure fascinante : ceux qui ont gagné une médaille d’argent paraissaient moins heureux que ceux qui ont gagné une médaille de bronze. L’interprétation des auteurs est que les médaillés d’argent songeaient souvent qu’ils avaient raté la plus haute marche de peu alors que ceux qui avaient remporté la médaille de bronze envisageaient un monde où ils ne seraient pas du tout montés sur le podium et s’en sentaient donc heureux. Le résultat de ce que ces auteurs ont nommé « une pensée contrefactuelle » montre que la frustration ne dépend pas seulement de la comparaison avec autrui mais aussi de la nature des mondes possibles envisagés. Si la situation que j’occupe me conduit à me comparer à ceux qui ont moins que moi, j’en sortirai plus satisfait que si, au contraire, elle m’incite à me comparer à ceux qui ont davantage. 

Mensonge privé, vérité publique 

Plutôt que des êtres hétéronomes ballottés par les intentions malveillantes d’un mystérieux système de domination, les individus sont souvent des acteurs stratégiques qui tentent de concilier leurs intérêts matériels et symboliques. Ils affichent parfois dans le discours une vertu qu’ils malmènent au jour le jour. Certains d’entre eux le font par pure hypocrisie mais, là encore, il n’est même pas besoin d’endosser une interprétation si misanthropique. Il suffit de se rappeler qu’il existe des conflits au cœur même de notre cerveau. La résolution de ces conflits vient souvent de ce que nous acceptons de céder à des satisfactions à court terme en nous promettant de régler le problème à long terme. […] Une expérience menée par trois psychologues (2) a bien mis en évidence ce phénomène. Il s’agissait de proposer aux sujets de l’étude de louer pour le soir même ou le lendemain des films de fiction soit relevant d’une catégorie de pur divertissement (par exemple The Mask), soit proposant un contenu plus exigeant (par exemple L’Odeur de la papaye verte). Les participants à l’expérience ont plutôt sélectionné les films divertissants pour le soir-même et les films plus exigeants pour le lendemain. Encore une fois, nous nous imaginons souvent avoir des appétits plus nobles que ceux qui nous animent en réalité. Dans le même ordre d’idée, les économistes Katherine Milkman, Todd Rogers et Max Bazerman se sont livrés, en 2009, à une intéressante comparaison entre les souhaits émis par des utilisateurs d’une plateforme Web de location de films et ce qu’ils regardaient effectivement. Leurs souhaits s’orientaient vers des films d’auteurs, des documentaires, des productions assez exigeantes… mais, en réalité, ils louaient plutôt des fictions grand public et populaires. D’une façon générale, toutes les études montrent que les sondés déclarent préférer les chaînes de télévision, les radios et les médias considérés comme exigeants, sans rapport direct avec leur consommation culturelle. Pour le dire plus crûment : en France, les gens affirment adorer Arte mais regardent TF1. 

Ces vérités publiques apparaissent donc dès lors que l’on est en mesure d’agréger les données qui résultent de nos choix privés. Au moment où les mondes numériques prennent tant de place dans nos vies, l’agrégation de ces données, si elle permet l’apocalypse cognitive, pose un nouveau problème de taille : les informations et les choix qui nous sont proposés sur les réseaux sociaux, les plateformes d’achat de livres ou de consommation de fictions dépendent des traces d’intérêt que nous avons déjà laissées dans cet univers. De la sorte, le risque est grand que les algorithmes amplifient la médiocrité de nos choix et nous y enferment plutôt qu’ils nous aident à nous en émanciper et à édifier nos esprits.

(1) Medvec, Madey & Gilovich (1995). (2) Read, Loewenstein & Kalyanaraman (1999).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.