Ecologie déplacée…

le

 Le sapin de Noël, cet objet de récupération politique

L’écologie mal digérée ainsi que le communautarisme regardent avec suspicion les arbres de Noël, magnifiques édifices anti-morosité.

Le sapin de Noël vit une année difficile lui aussi. 

Pauvre arbre de Noël ! Jamais son statut de roi des forêts et des fêtes de fin d’année n’avait été aussi chahuté que cette année. Alors que sa légitimité semblait bien assise, surtout dans une période où les moments de féerie ne sont pas si fréquents, le voilà instrumentalisé comme jamais.

En septembre, le maire écologiste de Bordeaux annonce tourner le dos à la tradition du sapin décoré sur la place publique : « Nous ne mettrons pas des arbres morts sur les places de la ville », déclare Pierre Hurmic tout à trac lors de sa conférence de presse de rentrée. L’opposition municipale s’émeut. C’est bien la première fois qu’un maire aborde les fêtes de Noël dès la fin de l’été. La filière forestière s’étrangle d’indignation et souligne l’ignorance de l’édile vert : le sapin réservé à la ville de Bordeaux, qui ornera finalement la place d’une petite ville de Corrèze, où il a poussé, est une plante cultivée, pas un arbre sauvage déraciné en forêt.

Avec sa brillante idée, Pierre Hurmic, heureusement, n’a pas fait école. Ses collègues EELV élus comme lui lors des dernières élections municipales ont évité le ridicule dont il s’est couvert. La récupération idéologique du sapin, donc, aurait pu ressembler à une erreur de débutant sans lendemain.

Nouvelle polémique

Toutefois, il y a quelques jours, c’est d’un autre front que survient l’attaque. L’ancienne correspondante économique du Washington Post, Anne Swardson, suscite de vives réactions sur Twitter, pour avoir légendé ainsi la photographie d’un sapin de Noël décorant l’entrée d’une station de RER : « Les commentateurs français ont raison. Je ne comprends rien à la laïcité » (« French commentateurs are right : I don’t understand laïcité »). En effet, elle ne comprend rien. Elle semble ignorer que l’épicéa faisait déjà figure de symbole en Europe du Nord durant l’Antiquité, comme représentation, lors du solstice d’hiver, de la vie et de la renaissance.

Sapin de la Concorde…

C’est regrettable pour une personne qui vit en France depuis 1996, comme l’explique la biographie qui accompagne son blog. Ou du moins, ce serait regrettable si ce tweet ne se voulait ironique et polémique à la fois. Les Français attachés à la République seraient donc empêtrés dans leurs contradictions, et même adeptes du « deux poids, deux mesures », intraitables sur le port de la burka, et accommodants envers un attribut de la chrétienté. Voilà le sous-texte.

Au même moment, comme le rapporte le quotidien libanais L’Orient-Le Jour, des sapins et des décorations de Noël sont en vente  dans un magasin de cadeaux à Riyad, en Arabie saoudite, pays sourcilleux s’il en est sur l’interdiction de signes religieux non musulmans. Qu’en pensent les exégètes du communautarisme à toutes les sauces ?


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.