Reconfinons Ségolène Royal !

Heureux les autres pays de la planète, qui n’ont pas à subir les aigres reproches de Ségolène Royal, l’éternelle candidate à la présidentielle ! 

Elle salue le courage… du gouvernement britannique, « remarquable dans sa prise de responsabilité », parce qu’il a informé le reste du monde que le virus avait muté sur son territoire. Ségolène Royal est prête à trouver des qualités au moindre dirigeant étranger. Parce qu’en France, rien ne trouve grâce à ses yeux.

Invitée de BFM TV ce lundi matin, l’éternelle candidate à la présidentielle a provoqué la stupéfaction. Elle compare la fermeture des commerces non alimentaires à l’instauration de frontières intérieures. Elle exige la prise de température à l’entrée sur le territoire… mesure qui existe dans les aéroports. Elle trouve qu’en France, on fait tout de travers.

Pourquoi pas ? L’exécutif n’est pas exempt de tout reproche. Mais Ségolène Royal vise mal, et finit par se tirer une balle dans le pied. Elle défend le maintien des fêtes de Noël en famille, et se livre à une étrange leçon de médecine : « Quand on va bien sur le relationnel humain, on va mieux aussi sur la santé. On fabrique des anticorps quand on est heureux. » Des anticorps !

La grande confusion

Lui fait-on remarquer que, justement, la France se montre plus libérale que nombre de ses voisins sur les fêtes de fin d’année ? Rien que des mensonges ! La présidente de Désir d’avenir pour la planète sait par des amis italiens que les consignes officielles, là-bas, ne sont respectées que par les gogos : « Les gens vivent normalement et continuent à circuler normalement. Donc entre ce qui est annoncé et ce qui est réellement fait, il y a parfois un décalage. »

Elle dénonce l’infantilisation qui sévit en France et souhaite qu’on laisse les Français « se responsabiliser ». À la bonne heure ! Mais c’est pour mieux déraper. L’ancienne finaliste à la présidentielle semble n’avoir rien compris au passage du confinement au couvre-feu, le 15 décembre . L’immense confusion qui se dégage de ses propos laisse interdite la journaliste qui l’interroge. Elle voudrait des attestations en journée pour sortir de chez soi, mais une possibilité de sortir jusqu’à 22 heures, pour ne pas pénaliser les restaurateurs. Dénonçant une « dérive autoritariste », l’ancienne ministre de l’Environnement souhaiterait des « études d’impact » avant de prendre des décisions, comme si le virus allait attendre… « Ce qu’il ne faut pas faire, dit-elle, c’est changer du jour au lendemain les règles. » Exactement ce que font presque tous nos voisins européens. C’est pourtant l’exécutif français qu’elle met en accusation.

Enfin, il était temps, elle propose une solution. Elle a trouvé un modèle : en Afrique, l’épidémie est d’une moindre intensité parce que ce sont les communautés villageoises qui se prennent en charge elles-mêmes. Les épidémiologistes n’y avaient pas pensé !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.