« Votation » à venir…

le

La question Suisse : pour ou contre l’interdiction du voile.

Nous sommes de gauche, nous sommes féministes, et nous fondons notre engagement politique sur les droits humains et la dignité égale de toutes les femmes et de tous les hommes. Notre identité culturelle, religieuse, nationale n’a aucune importance : c’est comme citoyennes et citoyens que nous dirons oui à l’interdiction de se dissimuler le visage en public et donc du voile intégral, soumise au vote en mars 2021.

Posons-le d’emblée : le voile intégral (c’est bien de lui qu’il est question ici), comme pratique motivée par quelques interprétations religieuses extrémistes, n’est rien d’autre qu’une prison mobile réservée aux femmes. Ce vêtement n’exprime donc pas simplement un choix de mode vestimentaire comme un autre. Il véhicule et incarne une idée simple mais violente : celle de l’invisibilisation absolue dans l’espace public comme traitement réservé aux femmes. Il a donc bien plus à voir avec la domination et les rapports de pouvoir qu’avec la religion. Un tel symbole n’a donc pas à être davantage accepté ou toléré qu’un discours appelant ouvertement à la haine ou à la discrimination. La Cour européenne des droits de l’homme a d’ailleurs validé, en 2014, l’interdiction du voile intégral en France, prise au nom d’une société ouverte et égalitaire.

Mais n’est-il pas possible de porter un voile intégral par choix individuel ? Nous ne tombons pas dans ce piège libéral du consentement. Car nous n’avons jamais considéré le fait que certains individus acceptent ou même adhérent à la discrimination dont ils sont victimes comme une raison d’arrêter de combattre cette même discrimination. Et cela vaut pour les inégalités salariales comme pour les pratiques sociales. L’inégalité entre hommes et femmes, nous souhaitons la voir disparaître et non la relativiser en fonction de son contexte. Qu’il s’agisse du voile intégral pour les femmes, objet de la votation, ou de la polygamie masculine, interdite depuis des décennies : le consentement des personnes impliquées, supposé ou réel, n’y change rien.

Nous ne combattons aucune religion en particulier. Pourtant, il est vrai que la raison et les droits humains ont souvent, dû s’opposer aux fondamentalismes religieux. Il a fallu combattre ces forces pour obtenir le droit au divorce, par exemple. Il faut encore aujourd’hui défendre contre des milieux religieux le droit à l’avortement ou l’égalité des personnes homosexuelles – et parfois jusqu’en votation populaire. Que d’aucuns prétendent fonder la discrimination sur la foi n’a pas à nous arrêter.

Bien sûr, le racisme se manifeste, ici, en Suisse, comme ailleurs. Nous ne sommes pas naïfs quant aux intentions des initiants, qui consistent à instrumentaliser la question du voile intégral pour accréditer l’existence d’une opposition irréductible des cultures, d’un choc des civilisations. Contrairement à eux, nous ne nourrissons ni ressentiment ni crainte vis-à-vis des personnes qui s’identifient à la religion musulmane (ni à une autre d’ailleurs). Mais nous revendiquons le droit de nous opposer au voile intégral, justement parce que nous voulons progresser vers une société ou ni le racisme, ni le sexisme n’aient la moindre place. Pour avancer sur ce chemin, il faut de l’intransigeance face à ce qui manifeste et valide l’inégalité, et non une ouverture mal placée envers des pratiques dégradantes.

Partout dans le monde, des femmes s’engagent contre le diktat du voile intégral, sans remettre en cause aucunement la religion ni même la religiosité, parfois au péril de leur vie. Dans certains pays, elles se battent pour interdire le voile intégral dans l’espace public ou les lieux d’enseignement. Plusieurs pays à majorité musulmane d’Afrique l’ont proscrit en raison du fondamentalisme qu’il incarne, comme récemment le Sénégal. Nous ne pouvons pas imaginer une seule seconde donner, nous, le signal, venu d’une démocratie ouverte sur le monde, selon lequel il faut accepter et tolérer l’enfermement des femmes en public. La volonté de marquer notre solidarité avec ces féministes dans le monde entier pèse bien davantage dans notre décision que le constat de partager sans plaisir le mot d’ordre d’un club d’ultra-conservateurs alémaniques,

Autour de nous, la société, dans ses valeurs, dans le progressisme qu’elle s’est découvert au fil des manifestations et des votations récentes, rejette en fait déjà tout ce que signifie le voile intégral pour les femmes et le renvoie dans le domaine de l’impensable socialement et de l’intolérable politiquement. Nous déposerons donc un oui raisonnable, pour affirmer notre attachement à des conquêtes sociales et politiques fondamentales. Et nous ne nous tromperons pas : s’il faut évidemment commencer par répondre correctement à la question qui nous est posée, il faut ensuite tourner la page et consacrer notre énergie à d’autres combats, bien plus importants, qui nous attendent sur le chemin vers une société d’égalité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.