Une hiérarchie des revenus très tassée.

le

En France, une hiérarchie des revenus très tassée

La France est le pays de l’OCDE où l’écart entre les plus bas revenus et le revenu médian est le plus faible. Ce qui n’incite pas les salariés à se former.

Le revenu minimum représente en France 83 % du revenu médian ?      

De tous les pays de l’OCDE qui ont un salaire minimum, la France se distingue par une exception : le revenu net au niveau du salaire minimum est le plus proche de celui du salaire médian (il s’agit du salaire qui partage en deux parties égales l’ensemble des salariés ; il s’élève à 1 800 euros). Ainsi le revenu minimum représente 83 % du médian, alors qu’aux Etats-Unis, ce chiffre s’établit à 40 % et en Allemagne à 60 %. Pourtant, grâce aux allègements de cotisations employeurs, le coût du travail au niveau du salaire minimum comparé à̀ celui du salaire médian, se situe dans la moyenne de l’ensemble des pays de l’OCDE.

Ce miracle français est le produit d’un double mouvementLe smic étant d’un niveau relativement plus élevé en France, les gouvernements ont baissé les charges patronales à son niveau pour éviter de pénaliser l’emploi de ces salariés. Ainsi, « le coût du travail au niveau du salaire minimum en France apparaît désormais en ligne avec celui de ses principaux partenaires et, en particulier, inférieur à celui de la Belgique, de l’Allemagne et des Pays-Bas », écrit le groupe d’experts, présidé par Gilbert Cette, qui vient de remettre son rapport annuel sur le Smic. En 2019, un nouvel allègement général des charges a encore réduit le coût du travail pour les salariés au Smic.

Prime d’activité. L’autre mouvement concerne la hausse de la prime d’activité. Cette prestation sociale, créée en 2016, est destinée à inciter les travailleurs aux ressources modestes à exercer ou reprendre une activité professionnelle et à soutenir leur pouvoir d’achat. En permettant un cumul partiel des aides versées par l’Etat avec les revenus d’activité, cette prime améliore les gains monétaires liés au travail. Et rapproche davantage le revenu net au salaire minimum du salaire médian. Ce phénomène est spectaculaire en 2019 : fin 2018, Emmanuel Macron décide d’une hausse de la prime d’activité de 100 euros pour répondre au mouvement des Gilets jaunes. Résultat, le revenu minimum représente désormais 83 % du salaire médian, versus 75 % avant.

Cette politique a un inconvénient : la faiblesse de cet écart entre le bas de la hiérarchie et son mitan rend peu incitatives les politiques de formation. Celui qui part du minimum pour progresser jusqu’au milieu de l’échiquier salarial doit faire un énorme effort pour une récompense monétaire bien plus modérée. Or, revenir vers un apprentissage n’est pas chose aisée pour ceux qui en sont éloignés depuis longtemps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.