Un samedi devenu ordinaire…

le

Loi sécurité globale : 95 personnes interpellées et 67 policiers blessés samedi

La majorité des personnes en garde à vue le sont pour « participation à un groupement formé en vue de la commission de violences ».

Ave Gambetta Paris le 05 12 20

95 personnes ont été interpellées samedi lors des manifestations contre la loi Sécurité globale.

Il s’agit du « bilan définitif », a expliqué le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Au total, 95 personnes ont été interpellées samedi 5 décembre en France lors des manifestations contre la loi sécurité globale, parfois émaillées de violents incidents qui ont fait 67 blessés parmi les forces de l’ordre.

À Paris, où les violences et les dégradations ont été les plus fortes, 48 policiers et gendarmes ont été blessés, a précisé le ministre de l’Intérieur sur Twitter. Un sapeur-pompier a également été blessé dans la capitale par des jets de projectiles, selon une source policière.

Place de la République Paris

Une personne entendue pour violences

Vingt-cinq personnes, dont deux mineurs, ont été placées en garde à vue à Paris, a indiqué le parquet. La majorité des gardés à vue le sont pour « participation à un groupement formé en vue de la commission de violences », a-t-on précisé de même source, selon un bilan établi à minuit. Une personne est entendue pour « violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique », a ajouté le parquet.

République 05 12 20

À Nantes, où des violences ont également été commises, quatre policiers et un gendarme ont été blessés, dont l’un par un cocktail Molotov, selon un bilan communiqué par la préfecture de Loire-Atlantique.

« Il y a une volonté de casse de la plupart de ceux qui manifestent », a accusé dimanche la députée LREM Aurore Bergé, qui a déploré des lacunes dans l’organisation des manifestations contre la loi sécurité globale. « Aujourd’hui, vous avez des mots d’ordre qui sont beaucoup plus diffus, vous n’avez pas d’organisations qui appellent clairement à manifester, vous n’avez pas de service d’ordre qui vienne contrôler », a critiqué sur France info la présidente déléguée du groupe LREM à l’Assemblée.

Ave Gambetta Paris

« Hier, il y a eu une manifestation à Paris, qui en réalité a été un moment de casse, un moment où des individus se sont livrés à une charge extrêmement violente, avec parfois l’intention de tuer des forces de l’ordre », a dénoncé sur Europe 1 et CNews le numéro un de LREM Stanislas Guerini. « Il y a une part de manifestants qui viennent, honnêtement, sincèrement manifester telle ou telle colère, et puis il y a […] des gens qui sont armés, qui viennent […] casser du flic », a-t-il regretté.

La veille le Président a trouvé la police violente…qu’il fallait qu’elle se « modère »…

Vous me direz depuis 1 an et demi…l’habitude est prise… cela devient tout à fait ordinaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.