Il reste moins d’un mois …

Brexit : la France presse Londres, l’UE prépare ses plans d’urgence.

Il reste moins d’un mois pour trouver un accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Aucune perspective de déblocage des négociations n’est en vue. La France a lancé lundi 30 novembre un dernier appel à Londres

David Frost et Michel Barnier

Cette fois, il y a urgence. L’Union européenne a fait une « offre claire et équilibrée » de futur partenariat au Royaume-Uni, mais elle se prépare à un échec des négociations. À Bruxelles, un diplomate européen de haut rang a indiqué en début de soirée lundi 30 novembre que l’UE lancerait formellement mercredi ou jeudi ses plans d’urgence si aucun accord n’a été trouvé d’ici là.

« Dans toute l’UE, des entreprises et des institutions comme les douanes ont besoin de clarté sur les droits de douanes et autres mesures qui s’imposeront s’il n’y a pas d’accord », a-t-il indiqué. « Et d’ici le milieu de la semaine, nous aurons finalement atteint le stade où ces mesures devront être explicitées », a-t-il ajouté. « Nous repoussions ce moment depuis des semaines, mais c’est la limite. »

La France a quant à elle appelé lundi soir le Royaume-Uni à négocier « réellement », en prévenant de nouveau qu’elle n’accepterait pas « un accord dégradé » entre Londres et l’UE. « La priorité est à ce que les Britanniques clarifient leurs positions et négocient réellement afin de trouver un accord », a déclaré l’Élysée. « Nous avons toujours dit que nous souhaitions un accord, mais pas à n’importe quel prix. L’UE elle aussi a des intérêts à défendre, ceux d’une concurrence équitable pour ses entreprises et ceux de ses pêcheurs ».

A un mois du départ du Royaume-Uni de l’UE, après 48 ans d’appartenance au bloc communautaire, les deux parties espèrent toujours parvenir à un compromis pour éviter une sortie désordonnée, même si chacune martèle depuis des semaines qu’un « no deal » est préférable à un mauvais accord.

Les discussions qui ont eu lieu au cours du week-end ont été « difficiles » et des « divergences massives » persistent sur les trois points de blocage : la pêche, les règles de concurrence et les mécanismes de règlement des litiges, selon une source européenne à Bruxelles.

Date butoir 31 décembre 2020…

Pêche. 

À Berlin, Angela Merkel a relevé que plusieurs États membres commençaient à perdre patience. La chancelière allemande a également mentionné l’accès des Britanniques au marché européen de l’énergie comme autre dossier qui fâche.

À Londres, le porte-parole du Premier ministre Boris Johnson a fait état de progrès tout en constatant lui aussi la persistance de divergences sur la pêche et l’égalité de traitement économique : « Nous voulons tenter de parvenir au plus tôt à un accord de libre-échange mais nous avons clairement fait savoir que nous ne changerons pas de position dans les négociations ».

« Nous n’avons vraiment plus beaucoup de temps. C’est une semaine cruciale, il nous faut une avancée », a estimé quant à lui le ministre britannique de l’Environnement, George Eustice, sur Sky News.

Un accord commercial permettrait de préserver les échanges entre les deux blocs, qui représentent près de 1.000 milliards de dollars chaque année, ou environ 830 milliards d’euros, et d’éviter le retour d’une frontière physique entre la République d’Irlande et la province britannique d’Irlande du Nord, susceptible d’ébranler l’accord de paix d’avril 1998.

Les discussions entre le négociateur en chef européen Michel Barnier et son homologue britannique David Frost ont repris lundi dans la capitale britannique. Prié de dire s’il avait des raisons d’être optimiste, Michel Barnier a répondu à des journalistes qu’il avait des raisons d’être « déterminé ».

« Nous manquons de temps », a de son côté souligné le chef de la diplomatie irlandaise, Simon Coveney. « La vérité du Brexit est maintenant exposée en termes de défis qu’il représente. » Selon Simon Coveney, un échec sur la question des droits de pêche pourrait compromettre l’ensemble des négociations : « S’il n’y a pas d’accord sur ce point, tout l’ensemble pourrait s’effondrer ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.