Le bout de tunnel…???

le

Emmanuel Macron, la fin de l’infantilisation ?

Le président a ouvert l’horizon et tenté de faire la synthèse des différents courants qui traversent le gouvernement. L’esquisse d’une nouvelle stratégie.

Le président l’a compris, et c’est heureux, les Français ne sont pas des petits enfants. Chapitrés jusqu’ici pour leur indiscipline réelle ou supposée face au coronavirus – « on a déconné, collectivement », cet été, glissait encore Jean Castex ce week-end dans le JDD –, tourneboulés par des règlements sanitaires et administratifs abscons et parfois contradictoires qui font les délices des experts en absurdie et fans des Shadoks, ils ont cette fois vu un chef de l’État qui semblait avoir entendu les critiques en infantilisation du pays. Non, a dit Emmanuel Macron, les citoyens ne sont pas réduits à tout attendre de l’État dans la gestion de l’épidémie. « Vous n’êtes pas passifs », a-t-il clamé, appelant à « l’esprit de responsabilité de tous ». « Chacun a un rôle à jouer », a ajouté ce président qui nous avait davantage habitués au « je » qu’au « nous ». « Ensemble, nous vaincrons », a-t-il même conclu, paraphrasant le slogan de campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 (« Ensemble, tout devient possible »). Lui qui s’était proclamé en mars général en chef d’une « guerre » déclarée au Covid-19 a cette fois semblé laisser une partie du plan de bataille entre les mains des Français. « Vous avez un rôle central », a-t-il insisté.

Ainsi, ce n’est que si leurs efforts portent leurs fruits sur la courbe des contaminations et des hospitalisations que les étapes de réouverture du pays pourront être menées à bien : celle du 15 décembre, cruciale avant les fêtes de fin d’année, puis celle du 20 janvier pour la reprise des bars, restaurants et salles de sport. Que les courbes repartent à la hausse, et il faudra alors faire machine arrière. Si symbolique de cette infantilisation, la très française attestation dérogatoire de déplacement – qu’il conviendrait plutôt d’appeler « auto-attestation » – va disparaître le 15 décembre. De l’aveu des autorités, elle avait pour principal objectif de responsabiliser la population en lui faisant prendre conscience de la gravité de la situation. Pédagogie, diront les uns ; logique punitive, répliqueront les détracteurs de cette originalité administrative hexagonale. À noter aussi ce « collectif citoyen » évoqué par Emmanuel Macron pour associer les Français à la stratégie vaccinale. Il ressemble à s’y méprendre à la convention citoyenne imaginée sur les questions d’écologie dans la foulée de la révolte des Gilets jaunes. D’aucuns y verront un gadget ou un énième comité Théodule, mais il est le signe que le président a intégré qu’il fallait impérativement associer, fût-ce de façon cosmétique, les Français, traditionnellement réticents sur les vaccins. Macron ne l’a pas cité pour ne pas lui faire davantage de promotion, mais il songeait de toute évidence au « documentaire » conspirationniste Hold-up lorsqu’il a évoqué la nécessaire lutte contre le complotisme.

Un conseil de défense inhabituellement long

Gare, toutefois, car le diable technocratique trouvera bien encore endroit où se nicher. Le protocole sanitaire « strict » qui va encadrer la réouverture progressive des commerces et lieux de loisirs nous réserve sans nul doute quelques surprises. Il devrait être précisé lors d’une conférence de presse du Premier ministre ce jeudi. Certains commerces seront-ils privés de reprise ? Les agences immobilières seront-elles par exemple considérées comme des commerces ? Jean Castex retiendra-t-il la règle d’une personne pour 8 mètres carrés de surface dans chaque magasin, contre 4 jusqu’alors ? Et quid du mystérieux « système d’horodatage » évoqué par le chef de l’État pour les représentations culturelles en soirée, qui promet déjà de délicieuses parodies sur le grand retour de la pointeuse ?

Fin de l’infantilisation, aussi, pour le gouvernement. On se souvient de la mauvaise manière faite en mars à Jean-Michel Blanquer, averti à la dernière minute de la fermeture des établissements scolaires, qu’il avait promis toute la journée de garder ouverts. Emmanuel Macron a cette fois réalisé l’habile synthèse des positions parfois divergentes de ses ministres. Ce mardi matin a ainsi donné lieu à un conseil de défense inhabituellement long, de presque trois heures, à l’Élysée. Autour de la table, selon nos informations, Jean Castex et Olivier Véran ont plaidé pour ne surtout pas relâcher la vigilance, inquiets de l’apparition de clusters familiaux et festifs lors des soirées de Noël et du Nouvel An. Ils ont été entendus : oui les familles pourront se retrouver avec toutes les prudences d’usage et gestes barrières, il faudra se résigner à faire le décompte des dernières secondes de l’année en tout petit comité. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire s’est battu pour que les petits commerces lèvent enfin le rideau. Ce sera chose faite dès samedi. Lors de cette réunion à huis clos, Roselyne Bachelot a fermement plaidé en faveur de la réouverture des cinémas, musées et théâtres. La ministre de la Culture, qui avait jusqu’ici dû se résigner à la douloureuse fermeture des librairies et salles de spectacle, a enfin obtenu gain de cause.

Fin de l’infantilisation, enfin, pour les parlementaires ? Lorsqu’il a rencontré Emmanuel Macron il y a quelques jours, le président du Sénat Gérard Larcher lui a rappelé à quel point il était nécessaire en démocratie de se parler. Message reçu ? Le président a renvoyé aux députés et sénateurs le soin d’ouvrir le difficile débat de l’isolement obligatoire des personnes contaminées au Covid-19. Accusé de dérive autocratique, Emmanuel Macron a du reste tenu à souligner que ces décisions étaient le fruit d’une « large consultation » – l’opposition et les partenaires sociaux auront sans doute fort à redire – et pas ses décisions. Il était temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.