Nucléaire…

le

Gestion des déchets nucléaires : il n’y a pas de pays modèle.

Les inconnues technologiques et de coût du stockage du combustible usé restent élevées, selon un nouveau rapport.

Centrale nucléaire de Tricastin.

Un premier rapport mondial sur les déchets nucléaires pointe l’absence de stratégies globales de gestion de ces matières hautement sensibles. Et la difficulté d’établir des comparaisons internationales.

Tentons de visualiser le sujet : sur toute sa durée de vie, le parc européen de réacteurs nucléaires « pourrait produire 6,6 millions de m3 de déchets. Tous entassés au même endroit, ils rempliraient un terrain de foot de 919 mètres de hauteur, dépassant de 90 mètres l’immeuble le plus haut du monde, le Burj Khalifa à Dubaï ». C’est l’image choc – il en faut toujours une pour marquer les esprits – du premier Rapport mondial sur les déchets nucléaires, sponsorisé par plusieurs associations environnementales.

Son focus sur l’Europe rappelle que quatre pays comptent pour plus des trois quarts de ces déchets : la France et ses 56 réacteurs bien sûr (30 %), suivie du Royaume-Uni, (20 %) de l’Ukraine (18 %) et de l’Allemagne (8 %). Aucun d’entre eux, et d’ailleurs « aucun pays au monde ne dispose d’un site de stockage géologique profond en exploitation destiné aux combustibles usés », déplore le rapport. C’est pourtant le procédé qui fait l’objet d’un consensus scientifique en Europe.

Il n’y a donc pas de pays modèle sur ce sujet inflammable, mais certains sont plus en avance que d’autres. La Finlande est en train de construire un tel site de stockage, la Suède et la France ont déterminé un lieu d’implantation. Pour l’hexagone, c’est le fameux projet Cigéo qui doit permettre l’enfouissement des déchets à 500 mètres sous terre, à Bure, dans la Meuse. Après d’inévitables contretemps, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a déposé le dossier d’enquête publique en août dernier. Sa construction devrait débuter en 2023/2024 et durer une dizaine d’années dans sa phase initiale. « C’est l’un des projets les plus aboutis à l’échelle européenne grâce à trente années de recherche », défend l’Andra. Il s’agit d’une future « usine robotisée sous terre, dotée d’un procédé, la vitrification, qui est un vrai savoir-faire français et qui est sûr », abonde Dominique Louis, le PDG de la société d’ingénierie Assystem.

Coût de démantèlement. 

En attendant, les installations d’entreposage – il s’agit principalement de piscines – commencent à être à court de capacité, s’alarme le rapport. « En Finlande, le niveau de saturation atteint 93 % ». En France, EDF planche sur la construction d’une piscine d’entreposage centralisé. Une étude de faisabilité est en cours sur le site de La Hague, après l’exclusion d’un autre site, celui de Belleville-sur-Loire dans le Cher. Le projet prend du retard alors que la saturation pourrait survenir en 2030, pointent les auteurs du rapport.

Autre motif d’exaspération: les pays diffèrent dans leur façon de définir et classifier les déchets nucléaires, et de déclarer la quantité de déchets produite

Ces derniers déplorent aussi le fait que les gouvernements ne parviennent pas à estimer correctement les coûts du démantèlement et du stockage des déchets. C’est ce que soulignait il y a trois ans un rapport parlementaire en France sur la déconstruction des centrales nucléaires.

Autre motif d’exaspération : les pays diffèrent considérablement dans leur façon de définir et classifier les déchets nucléaires, et de déclarer la quantité de déchets produite, constatent les experts. En dépit de tentatives internationales d’établir des principes communs « des incohérences demeurent et rendent la comparaison complexe ». Difficile dans ce contexte de distribuer bons et mauvais points.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.