Le déni…ou la fabrique des « bobo-écolo-gaucho…collabo »

A peine vingt minutes d’émission et tout s’éclaire. Pour bien comprendre la confusion mortifère actuelle sur l’islamisme, il faut écouter – elle est disponible sur Internet – une émission de France Culture diffusée le 12 octobre, dont le nom est « La Fabrique médiatique ». On y voit apparaître, de manière lumineuse, la fabrique de l’amalgame.

Son titre : «Les médias face à l’islam : à quoi jouent-ils? » Deux invités : l’un journaliste à Télérama, l’autre ancien de Libération et fondateur de L’Observatoire des médias. En réalité, les deux pensent la même chose, ce qui simplifie le débat. L’animatrice, Caroline Broué, est aussi sur la même ligne, comme ça personne n’est embêté par le contradictoire. Peu gênée par le ridicule de la situation et la privatisation de l’émission par un bord politique, notre fine équipe entonne donc son refrain: traitement on parle trop de ce sujet,taisez-vous ! Tout était clair dès le tweet annonçant l’émission, agglomérant une quinzaine de couvertures d’hebdomadaires, de Marianne à L’Express en passant par Valeurs actuelles, Le Nouvel Observateur et Le Point, datant de 2012 et traitant de sujets aussi différents que l’islamisme, le djihadisme, le communautarisme, l’islam en tant que religion (ce qui n’est pas la même chose) et même les chrétiens d’Orient… Des titres de presse aux positions extraordinairement diverses, dont les propos portaient sur des thèmes très distincts. Mais rien, ou si peu, ne convient, donc à nos professeurs de morale. Tout, ou presque, est suspect, «jeu» dangereux…

L’émission est à l’avenant: une longue liste de mises à l’index (hors Le Monde, bien sûr). Les médias manquent souvent de prudence, certes, ce n’est pas un scoop! Mais, à condamner si largement les propos de bistrot comme les enquêtes au long cours, ce n’est plus un appel à la raison, c’est une injonction au silence. Surtout, en s’indignant du traitement de l’islamisme au nom des musulmans, « La Fabrique médiatique » met les deux dans le même sac: le grand amalgame. Le même – avec un prisme inversé – que celui de l’extrême droite xénophobe qui pourra ainsi dire qu’elle avait raison. De quoi ravir aussi les islamistes, dont le rêve est d’enrôler de force dans leur quête morbide les musulmans qui, dans leur immense majorité, sont très éloignés d’eux, voire les détestent. L’amalgame xénophobe a un frère jumeau: l’amalgame du déni.

 Les deux reposent d’ailleurs sur le même essentialisme, la même assignation à sa religion ou à ses origines, le même mépris du libre arbitre, le même mépris tout court.

Il est vrai qu’en matière de mépris l’animatrice de l’émission, Caroline Broué, s’était déjà illustrée en demandant à la grande écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie s’il existait des librairies au Nigeria…

Au passage, on notera que, pour une émission de France Culture – qui vaut bien mieux que cela par ailleurs ces participants ont montré un goût modéré pour la lecture. Ils s’étonnent ainsi s’en indigner-de la résurgence dans les médias du terme «collabo» à propos de ceux qui manifestent de l’indulgence envers les islamistes. S’ils s’étaient donné la peine de lire l’un des essais les plus importants de la rentrée, celui de Riss, patron de Charlie Hebdo, ils auraient su pourquoi. Dans « Une minute quarante-neuf secondes » (Actes Sud), Riss consacre un chapitre entier à ce qu’il appelle les « collabos ». Et s’en explique longuement.

A quand une émission « La Fabrique médiatique » intitulée « A quoi joue Charlie Hebdo » ? Parce qu’on connaît la réponse: à rester libre. Et Charlie en a déjà payé le prix.

Le déni n’est pas que consternant. Il a parfois des conséquences. Le « silence dans les rangs », l’injonction de se taire sous peine d’être qualifié d’islamophobe est directement en cause dans l’attentat de la préfecture de police de Paris. Des collègues de Mickaël Harpon n’ont pas osé mettre par écrit ce qu’ils avaient vu ou entendu. De ce point de vue, la réponse d’Emmanuel Macron a été en partie à côté de la plaque. Lorsqu’il parle de «société de vigilance»  -à la consonance désagréable avec « société de surveillance » -,il commet une erreur de diagnostic. Ce n’est pas un défaut de vigilance qui est en question, mais un défaut de liberté. Ou comment on passe en un éclair du déni à la suspicion généralisée. La leçon vaut pour lui comme pour ces autruches moralisantes qui ont sévi la semaine dernière sur France Culture : la posture nuit toujours à la mesure.

Cette « culture » du déni est vraiment quelque chose d’insupportable ! F.O.Giesbert l’a bien dit dans son édito la semaine dernière! En 1940 … on a vu…puis à partir de 1944, que des « conversions »… même un ancien Président…Dans les années 50-60 on a vu une « épidémie » d’adhésions au « petit père du peuple » …des acteurs célèbres des écrivains…avec le résultat que l’on connait…Alors « STOP » s’il vous plait, tirons des leçons de notre Histoire!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.