HTC : Problème d’équilibre…

Le premier budget de la nouvelle mandature de hautes terres est toujours aussi serré. Avec une section de fonctionnement, et les ordures ménagères, en débat récurrent.

Sitôt élu, déjà dans le dur. À peine dix jours après son installation, le conseil communautaire de Hautes Terres s’est retrouvé, toujours au gymnase de Murat, vendredi, pour voter son premier budget.
Difficile, dans ces conditions, d’imprimer de grandes nouveautés, surtout quand on a décidé, comme l’a fait le nouvel exécutif, de mener à bien le programme d’investissement pluriannuel décidé à la naissance de l’intercommunalité, en 2017.

Covid
Un budget qui plus est contraint par la crise du Covid. La pandémie aura occasionné 135.000 € de dépenses supplémentaires à Hautes Terres, réparties aux deux tiers sur le budget principal, et un tiers sur le budget déchets ménagers. À cela s’ajoute 11.164 € de baisse de recettes de fonctionnement.
Et une enveloppe de 187.683 € ouverte pour les acteurs économiques du territoire. Car, comme l’a souligné le nouveau président, Didier Achalme « des entreprises de notre territoire connaissent des difficultés, et elles ne vont certainement pas s’envoler dans les mois à venir. Nous devons donc les aider. »
Plusieurs mesures ont ainsi été prises. Dès le confinement, l’intercommunalité avait adhéré au fond Région unie (à hauteur de 47.548 €), et au fond local de solidarité café, hôtellerie, restauration (63.750) créé avec Saint-Flour communauté. Hautes Terres a aussi décidé de participer au dégrèvement de la cotisation financière des entreprises, possibilité ouverte par la loi de finances rectificative. Ainsi, en injectant 76.385 €, elle va permettre à 40 établissements touristiques du territoire de voir leur taxe baisser de 66 %.

Fonctionnement
Voilà pour l’exceptionnel. Et l’ordinaire ? Et bien, comme de coutume ou presque, les comptes de l’intercommunalité ont été discutés. Pierre Juillard, de l’opposition de Murat, y voit « un budget qui n’est pas équilibré en section de fonctionnement. Je sais que ce n’est pas de votre fait, mais c’est inquiétant, surtout si cette situation perdure. On est sauvé par le gong, avec un report d’excédent, mais on entre dans la spirale de la défaite. Et on ne pourra pas voter un tel déséquilibre deux années de suite ». « Le report d’excédent est une manière normale d’équilibrer un budget, il n’y a pas de problème » lui a répondu le vice-président aux finances, Xavier Fournal. Avant que le président, Didier Achalme, n’ajoute : « il faut s’abstenir de toute simplification. Je comprends qu’on veuille attirer l’attention sur la situation financière de Hautes Terres. Et nous mêmes y sommes attentifs, et nous le serons encore plus sur le budget 2021. Nous veillerons à un équilibre parfait, sans augmenter les dépenses ni la dette. »

Déchets
Quant au budget des ordures ménagères « s’il est à l’équilibre, c’est grâce à l’instauration d’une redevance spéciale qui a déplu, et qui est sujette à caution sur le plan juridique, a repris Pierre Juillard. Si demain des entreprises refusent de la payer, on est mal… » Didier Achalme a expliqué qu’il faudrait réfléchir à la pérennité de cette redevance pesant sur les entreprises, « car je ne suis pas favorable à ce qu’on culpabilise les consommateurs, qui sont souvent les derniers maillons de la chaîne des déchets. ». « Nous devrons avoir un vrai débat sur la question, a ajouté Xavier Fournal. D’autant qu’en la matière, il est prévu que les dépenses s’envolent. » « De 35 % dans les prochaines années » a complété Philippe Rosseel, vice-président en charge de la question.

SECTION DE FONCTIONNEMENT
Dépenses : 7.086.644,87 €. Recettes : 6.185.548,03 €. Un résultat de fonctionnement reporté de 901.096,84 € équilibre cette section du budget principal.

SECTION D’INVESTISSEMENT
7.586.568 € d’investissements prévus. Avec un reste à réaliser issu des exercices précédents de 3.229.960, 04 €.

DETTE
Elle s’élève à 7.189.922 €. Le taux d’endettement est de 55,73 %, dans la moyenne nationale des communautés de la même strate. La capacité de désendettement est de 5,77 années, loin du seuil critique (8 ans).

FISCALITÉ
Tous les taux sont maintenus : la taxe foncière sur le non bâti à 17,14 %, la CFE à 28,14 %, quand le territoire reste vierge de taxe foncière sur le bâti.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.