« Je suis heureuse de ne pas avoir 20 ans actuellement »…

Brigitte Bardot .La star des 60’s fête ses 85 ans ce samedi. Dans « Ici Paris », elle fait le bilan d’une vie qui l’a « gâtée » et prouve qu’elle n’a pas perdu son punch…

« Et Dieu créa la femme » 1956

« J’ai été très gâtée par la vie… » À 85 ans – elle les fête ce 28 septembre –, Brigitte Bardot se dit surprise d’avoir atteint cet âge vénérable, sans pour autant en être particulièrement fière. Dans une interview accordée à Ici Paris, qui lui consacre un hors-série, l’ancien sex-symbol « remercie le Ciel » de l’avoir épargnée jusqu’ici, mais ne vise pas pour autant les 100 ans. « Je m’en fous ! » répond-elle avec son franc-parler habituel.

« En cas de malheur » 1958

« C’est pas rigolo de vieillir, ça rapproche de la mort, poursuit-elle, mais d’un autre côté, vu le monde déboussolé dans lequel nous vivons, je suis heureuse de ne pas avoir 20 ans actuellement. » Et d’enchaîner sur la litanie des maux qui l’exaspèrent aujourd’hui : « Maintenant, tout est étriqué, sale, triste, ordinaire, vulgaire, dangereux ; on n’a plus le droit de s’exprimer franchement, on a juste le droit de filer doux, de se soumettre. Et tout ça me révolte ! »

« La vérité » 1960

Folie et liberté chéries

Rien à voir selon elle avec l’époque bénie de la France de l’après-guerre, qu’elle contribua à émanciper avec ses provocations et son sex-appeal. « J’ai connu la joie de vivre des années 1960, la liberté, l’élégance, la folie. On avait le droit de vivre comme on voulait, on faisait l’amour sans la panique du sida, on roulait à la vitesse qu’on voulait sans ceinture, sans casque de moto, je n’avais besoin de personne en Harley Davidson ! » Un discours en résonance avec celui de Michel Sardou, qui fustigeait récemment ce XXIe siècle, par rapport à son époque où « on fumait, on faisait l’amour, on roulait vite, on pouvait boire… »

Bardot n’attend plus beaucoup de miracles de la vie, sauf de voir aujourd’hui l’État accepter de légiférer enfin sur la souffrance animale – l’abolition des élevages intensifs, l’interdiction de l’hippophagie et la mise en place systématique de l’étourdissement des animaux avant l’abattage. Des réformes qu’elle réclame depuis des années, critiquant l’inertie des gouvernements successifs.

« Le Mépris » 1963

La vieillesse et ses ravages ne l’obsèdent pas : elle continue à soigner sa longue chevelure, ne va jamais voir le médecin et fait remarquer qu’elle n’est pas du genre à avoir « un tempérament de ramollo ». « Je continue à vivre comme si j’avais 40 ans, j’accepte le temps qui passe, c’est naturel… » Ses secrets de forme ? « Je pense aux autres avant de penser à moi », répond-elle, en ajoutant que sa lutte pour la condition animale reste un excellent stimulant. BB mange végétarien, ne déjeune pas à midi, soupe légèrement le soir. Mais elle fume et s’accorde parfois une petite coupe de champagne, ce qu’elle ne manquera pas de faire pour célébrer ses 85 ans. Quelques bulles pour rappeler l’effervescence des sixties disparues…

Je n’ai jamais été un « fan » de BB, mais je dois reconnaître qu’elle a du cran, et que c’est loin d’être l’idiote annoncée dans les années 60…Finalement très bien la Dame!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.